photo d'illustration

Pas moins de 220 plaintes ont été enregistrées à ce jour pour non-paiement du boni de fin d’année. Parmi eux, 56 cas ont été réglés à la suite de l’intervention des inspecteurs du ministère du Travail. C’est ce qu’a appris Le Mauricien auprès de sources officielles dudit ministère. Les inspecteurs sont toujours en pourparlers avec les employeurs récalcitrants.

Un certain nombre d’entre eux sont engagés dans les petits commerces et la vente de police d’assurance. Selon un haut cadre du ministère, si les négociations n’aboutissent pas, le ministère n’aura d’autre choix que de les poursuivre en justice. Ils seront ainsi passibles d’une amende de Rs 25 000 pour chaque cas impayé et d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans.

Vu que les procédures en justice sont longues et fastidieuses, le ministère du Travail conseille à ces employeurs de payer une fois pour toutes le boni de fin d’année. Il est à noter que la Workers’ Rights Act prévoit le paiement obligatoire d’un boni de fin d’année équivalent à un 12e de la rémunération payée durant la période du 1er janvier au 31 décembre 2019. Ce boni de fin d’année est payable dans les circonstances suivantes à tous ceux qui : 1) étaient en emploi jusqu’au 31 décembre 2019 ; 2) ont pris de l’emploi au courant de l’année et qui étaient toujours en service au 31 décembre 2019 ; et 3) ont pris leur retraite au cours de l’année.

Aussi, à compter du 24 octobre 2019, tout employé ayant été licencié par son employeur ou ayant soumis sa démission, tout en ayant complété au moins huit mois de service continu durant l’année en cours avec le même employeur, est aussi éligible au paiement du boni de fin d’année au prorata.