Dans une lettre adressée aujourd’hui au ministre du Travail, Soodesh Callichurn, la Fédération des travailleurs unis (FTU) réclame la démission de l’actuel président du National Remuneration Board (NRB). Dans la foulée, la fédération sollicite une réforme profonde du NRB, à commencer par le choix du candidat à la présidence de cette instance qui ne devrait pas être, dit-elle, un nominé politique.
Depuis l’année dernière, la FTU critique ouvertement le NRB. Cette année, cette fédération réclame la démission du président de cette instance. En cause : le fait que le NRB n’aurait pas communiqué directement à la fédération de date pour l’inviter officiellement à déposer dans le cadre de la révision des Remuneration Regulations (RR) de plusieurs secteurs d’activité. Selon Atma Shanto, porte-parole de la FTU, citant une lettre datée du 7 janvier 2015, sa fédération a fait la requête officielle pour que le NRB soumette une liste des Remuneration Orders (RO) à être revus ainsi que la date des auditions. Ce dernier précise que c’est l’ancien ministre du Travail Shakeel Mohamed qui a demandé au NRB de procéder à la révision des Remunerations Orders pour plusieurs secteurs d’activité. Toujours selon Atma Shanto, la Chairperson du NRB a réagi dans une lettre datant du 14 janvier 2015 énumérant les secteurs concernés par l’exercice de révision des Remuneration Regulations. La lettre fait également mention d’auditions publiques dont les dates seraient fixées par le Board et que celles-ci seraient communiquées à la fédération au moment venu pour la révision des salaires dans les secteurs concernés, ajoute Atma Shanto.
La correspondance de la FTU semble avoir été « oubliée », selon Atma Shanto, puisque ce dernier affirme avoir appris avec grand étonnement en début d’année dans les médias qu’une seule et unique confédération syndicale a déposé devant le NRB. « Le NRB n’est jamais revenu vers nous. C’est avec surprise que nous avons appris que la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) a déposé. Nous ne sommes pas contre la décision de revoir les Remuneration Regulations mais nous dénonçons la façon de faire du NRB », dit Atma Shanto.
Mais le rapport des recommandations du NRB rendu public le 31 décembre révèle un autre son de cloche. Selon ce document, il est indiqué que la CTSP est l’unique confédération syndicale à avoir soumis ses propositions écrites et que lors des audiences publiques le 18 décembre dernier, cette confédération est venue déposer de vive voix avant d’être invitée à élaborer sur ses propositions écrites soumises. Le NRB indique également avoir commencé cet exercice de révision à travers des avis de presse en octobre 2013 en invitant les parties concernées à soumettre leurs propositions en écrit. Interrogé à ce sujet, Atma Shanto réplique n’avoir pas pris connaissance de l’avis de presse en question et que la FTU attendait comme stipulé dans la correspondance du NRB datée du 14 janvier 2015, qu’on lui communique une date pour les auditions.
Dans la même veine, dans la lettre adressée au ministre du Travail, la fédération l’interpelle ce matin afin que soit revu le fonctionnement du NRB, que le choix de sa présidence soit fait conformément à l’Equal Opportunities Act et de ce fait que le candidat en question ne soit pas un nominé politique. « As per Section 45 of the former IRA and now Section 90 of the Employment Relations Act 2008 the Minister of Labour & Industrial Relations is empowered to appoint the Chairperson of the NRB. This appointment has always been politically motivated by successive governments », peut-on lire dans cette correspondance. « Le gouvernement accentue beaucoup sur la bonne gouvernance. Nous espérons que le ministre Soodesh Callichurn prêtera une bonne oreille à notre demande », commente Atma Shanto.