Selon Bose Soonarane, secrétaire de la Renal Disease Patients Association, souffrir de ses reins et passer par la dialyse n’est pas une fatalité. « Si le patient gère sa maladie comme il le faut, il peut prolonger sa vie », dit-il. Cette association qui regroupe des patients sous dialyse, tient un atelier de travail le dimanche 31 mars au centre communautaire de Riche-Mare, Flacq, pour informer les patients et le public en général sur cette maladie.
Lors de ce séminaire, des médecins expliqueront au public les raisons pour lesquelles on souffre de ses reins et pourquoi il faut faire la dialyse. Un psychologue et un nutritionniste seront également présents pour parler de l’encadrement à ce type de malades et de la bonne alimentation.
Selon M. Soonarane, l’encadrement familial est très important pour les patients sous dialyse, de même que la bonne alimentation. S’agissant des causes de cette maladie, il indique que le diabète et l’hypertension seraient en grande partie responsables, ainsi qu’une mauvaise alimentation avec trop de sel et de protéines. Il y a aussi le facteur héréditaire mais ces cas seraient peu nombreux, selon des membres de l’association.
M. Soonarane estime que les patients sous dialyse souffrent d’un manque d’informations. Ils ne savent pas comment gérer leur maladie. Pour cela, cette association fera publier un petit livret qu’elle remettra gratuitement à tout patient.
Les membres de l’association réclament aussi la mise en place d’une unité spéciale à l’hôpital pour ce type de patients, comme c’est le cas pour les malades cardiaques. S’agissant de la pension que perçoivent ces patients de l’État, la présidente de l’association, Faeza Hosseny, demande au gouvernement de revoir le montant à la hausse car les patients sous dialyse ne travaillent pas. Mme Hosseny estime que beaucoup de dialysés meurent tôt à cause d’un manque approprié de soins à l’hôpital.