Après l’haltérophilie et le handball lors de la semaine écoulée, le ministre de la jeunesse et des Sports, Devanand Rittoo, a rendu visite mardi à la présélection masculine de volley-ball au gymnase Pandit Sahadeo à Vacoas et à ceux du ballon orange (masculine & féminine) jeudi dernier au gymnase de Phoenix. Le ministre en a profité pour mettre les joueurs devant leurs responsabilités. Obtenir des résultats demeure la priorité en vue des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) l’année prochaine à La Réunion.
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, n’y est pas allé de main-morte lors de ses différentes visites au gymnase Pandit Sahadeo et au gymnase de Phoenix. À moins d’un an du grand rendez-vous indianocéanique, le ministre estime qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure. S’adressant aux joueurs de basket, il a souligné l’importance de se remettre en question et aller de l’avant. « Il est temps de prendre ses responsabilités. Le ballon orange connaît une grosse periode de sécheresse au niveau des médailles et il est grand temps d’y remédier en sortant le grand jeu. La sélection féminine avait obtenu la médaille de bronze certes lors des derniers JIOI, mais il faut faire encore mieux. Quant aux garçons, il savent qu’ils ont une tâche herculéenne qui les attend et qu’ils devront être à la hauteur des espérances pour ne pas retourner bredouille encore une fois », fait ressortir le ministre.
Il soutient, « Je m’attends à ce que les basketeurs soient appliqués, assidus aux entraînements et qu’ils portent fièrement le maillot de la sélection. C’est un honneur pour tout athlète de défendre les couleurs de son pays. Et les joueurs doivent le savoir. Il est primordial de garder la bonne attitude et de travailler comme des forcenés pour atteindre cet objectif. Moi, ce qui m’intéresse à court terme, demeure les JIOI. Nous avons besoin de résultats au sein du MJS. Il faut impérativement qu’il y ait retour sur investissement ». Il a notamment promis aux basketteurs qu’il mettra tout en oeuvre pour que leur préparation ne soit pas perturbée.
Il a par la suite ajouté, « Nous pouvons réaliser des miracles. Certes, nous ne sommes pas doués comme les Américains, récents vainqueurs de la Coupe du Monde masculine de basket-ball, certes, nous n’avons pas leurs gabarits imposants, mais n’oublions pas qu’à force de travail, nous récoltons le fruit de notre dur labeur. Je veux voir des professionnels à l’oeuvre », souligne notre interlocuteur. Le ministre n’a par ailleurs pas  du tout apprécié le fait que tous les joueurs ne portaient pas les mêmes couleurs. Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité Olympique Mauricien (COM), a par ailleurs fait ressortir que les basketteurs devraient se concentrer sur la préparation physique. En ce qu’il s’agit de Giandev Moteea, président du Club Maurice, il s’attend à ce qu’il y ait retour sur investissement. « Les sponsors investissent beaucoup d’argent dans la préparation des athlètes. Il ne faut pas les décevoir », indique-t-il.
À noter que les joueurs ont fait part de leurs doléances, eux qui ont principalement des soucis de transport. Ils voudraient également avoir une collation avant et après les entraînements. Thierry Julie, un des cadres de cette présélection, qui a pris part à trois JIOI, s’est apesanti sur le fait que les sélection nationales demeuraient inactives pendant les années qui  suivent les JIOI. Il souhaiterait notamment que le groupe continue de s’entraîner et de bénéficier des frottements après les JIOI. Un point qui, espérons-le, n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. En ce qui concerne les volleyeurs mardi dernier, ils étaient nombreux à ne pas être présents pour l’occasion. Le ministre a aussi clairement spécifié à la présélection masculine qu’il attendait des résultats et qu’il ne tolérerait pas un échec aussi cuisant que celui en terre seychelloise. Ils sont ainsi prévenus.