Le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, a réuni hier les 38 organisations non-gouvernementales (ONG) engagées dans l’éducation des enfants handicapés. Il leur a présenté son plan et a insisté sur la régularisation du secteur. Il a assuré qu’aucun enfant de la République ne sera laissé derrière et que les ONG auront leurs rôles à jouer dans cette nouvelle structure. De même, il a annoncé qu’un comité travaille sur une possible hausse du Grant accordé aux ONG.
« La place d’un enfant handicapé est à l’école », a dit d’emblée Vasant Bunwaree, en faisant comprendre qu’il est en faveur de l’intégration des classes spécialisées dans les écoles primaires. À ce jour, huit unités de ce genre, gérées par des ONG, dont l’APEIM, ont déjà été mises en place dans différentes régions de l’île. De même, huit New Day Care Centres ont été convertis en SEN Schools.
Tout ceci s’insère dans la restructuration du département de Special Education Needs (SEN). Vasant Bunwaree a tenu à saluer le « travail exemplaire » des ONG et les a rassuré que leurs compétences seront mises à contribution dans la mise en place de la nouvelle structure. De même, a-t-il ajouté, le personnel des écoles spécialisées ayant déjà l’expérience dans ce domaine sera appelé à travailler dans les unités intégrées. « Il reste à définir les différents grades. Le NRB sera appelé à travailler dessus. »
Avec une telle démarche, a ajouté le ministre, c’est le secteur de l’enseignement spécialisé qui sera régularisé.
Le plan présenté hier est basé sur quatre piliers : renforcer et améliorer l’accès à l’éducation, travailler en partenariat avec les ONG, le renforcement des capacités et l’application des bonnes pratiques internationales. Un comité a déjà été mis en place pour travailler sur l’application de ce plan.
Pour Vasant Bunwaree, ce travail commence d’abord par la sensibilisation. « Dès 2010, nous avons fait comprendre aux parents que les enfants handicapés doivent aller à l’école. Nous les avons invités à inscrire leurs enfants à l’école de leur localité. En 2010, il n’y en avait que 5. En 2011, nous sommes passés à 68, en 2012 à 59 et en 2013 à 58. »
L’éducation des enfants handicapés sera organisée sur une base régionale. D’où l’appel des ONG à prendre aussi en considération l’aspect du transport. Parallèlement, des SEN Resource and Development Centres ont été mis sur pied à Ferney, Beau-Bassin, Plaine-des-Papayes, Flacq et Rivière-des-Anguilles. Vasant Bunwaree a aussi annoncé que le curriculum du primaire est en train d’être revu afin de permettre une meilleure intégration des enfants souffrant de dyslexie, d’autisme ainsi que de handicaps intellectuels et physiques.
En attendant la mise en place de ce plan, les besoins des ONG seront analysés dans un comité. « En 2012, le grant aux ONG engagées dans l’éducation spécialisée a augmenté de 35%. Le comité travaille sur une nouvelle révision, en fonction des besoins. »