La comédienne française d’origine mauricienne Rani Bheemuck (Lou Clément dans la série française « Demain nous appartient ») s’est offert quelques jours de vacances chez nous en compagnie de ses amies de tournage Maud Baecker (Anna Delcourt) et Solène Hebert (Victoire Lazzari). Rencontrée hier sur la plage de Péreybère où elle profite des derniers rayons de soleil en compagnie de Solène Hebert, avant de prendre l’avion aujourd’hui pour la métropole, la comédienne de 30 ans a accepté de répondre aux questions de Week-End. Celle qui rejoint bientôt l’équipe de la série « Plan Coeur » (saison 2) de Netflix se livre sur son parcours, ses vacances et dévoile ses projets…

Vous passez vos vacances dans votre pays d’origine avec Maud Baecker et Solène Hebert avec lesquelles vous semblez avoir tissé des liens assez forts. Cela se passe aussi bien avec les autres comédiens sur le plateau de « Demain nous appartient » ?

C’est vrai qu’on s’entend très bien sur ce tournage. D’ailleurs je ramène Solène dans ma famille à Maurice. On est devenues très proches et j’ai même été son témoin de mariage. Il y a aussi à Maurice avec nous Maud, qui joue le rôle d’Anna Delcourt, la soeur d’Ingrid Chauvin, l’actrice principale de la série. Nous passons beaucoup de temps ensemble. En revanche, je ne suis pas liée avec tout le monde et même si je ne joue pas avec eux, cela ne nous empêche pas de nous retrouver après le tournage.

Comment ressentez-vous votre personnage ?

Je l’adore, j’adore le personnage de Lou. Je la ressens comme quelqu’un de très sensible, extrêmement intelligente, qui a étudié longtemps pour devenir avocate, qui apparemment a aussi un petit complexe d’infériorité. Elle avait besoin de se prouver des choses, d’où sa relation avec le personnage de Victor Brunet qui est un riche homme d’affaires. Lou, ça lui fait un peu rêver aussi d’appartenir à une certaine classe sociale. C’est une personne ambitieuse, une carriériste, une avocate qui en même temps est très féministe. C’est aussi une mère très aimante de sa fille. Lou, c’est aussi quelqu’un de très fragile, mais je pense qu’elle a une force de caractère. Nous avons des points communs: cette force de caractère, et ne pas avoir peur de dire ce qu’on pense. Dans la vraie vie, je suis une femme très entière et vraie.

A quel point cette série vous a-t-elle aidée dans votre carrière ?

Je dirais qu’aujourd’hui que ça m’a permis d’accéder à une certaine notoriété dans la mesure où maintenant je pense que les professionnels me connaissent mieux. Pour convaincre des réalisateurs, metteurs en scène, directeurs de fictions,  directeurs des chaînes en France,  un comédien a besoin de jouer. S’il ne joue pas, il n’est pas visible. Si personne ne le voit, ne sait ps qu’il existe, alors,  il ne travaille pas. Moi, j’ai besoin de travailler, de me sentir utile. Cette série m’a aussi apporté une certaine régularité, car depuis deux ans, je travaille et j’ai pu jouer dans d’autres séries. DNA (Demain nous appartient) est une série populaire qui nous a un peu tous mis tous sur le devant de la scène, et qui nous a ouvert la porte  aujourd’hui à faire autre chose. Du coup, j’ai aussi progressé dans mon jeu. C’est comme un sportif qui s’entraîne tous les jours. Au bout d’un moment, il devient meilleur. Grâce à cette belle expérience, j’ai pu jouer dans d’autres séries et avoir d’autres rôles en parallèle. Il faut souligner que j’ai joué dans d’autres séries et dans d’autres films comme « Les hommes de l’ombre » et « Nox » tous deux aux côtés de la grande comédienne qu’est Nathalie Baye.

Où en est le tournage de « Plan Coeur », la série que vous avez rejoint pour la saison 2 pour le compte de Netflix?

Le tournage est déjà terminé. La deuxième saison sera diffusée, je pense, en juin ou alors à la rentrée sur Netflix. Je joue Pooja, une développeuse d’application, dans un des six épisodes de la série. C’est très intéressant de travailler avec des actrices différentes qui font du cinéma aussi et ont une autre approche du métier. Il y a aussi un super film que je prépare: «Meurtre à Cayenne» de Marc Vara -réalisateur de la série « Guyane » pour Canal +. J’ai aussi comme projet un tournage d’un mois dans la forêt en Guyane. Cela m’excite beaucoup, car du coup, je commence à me renseigner. Je vais jouer une laborantine amérindienne qui travaille dans la forêt avec des plantes médicinales. C’est un film pour France 3 et on part dans cette forêt mythique pour un mois dès mi-juillet.

Il y a comme une petite ressemblance entre vous et l’actrice indienne Priyanka Chopra (“Quantico”). On vous l’a déjà dit ?

Oui on me le dit, surtout quand je fais les festivals. Même qu’ une fois, on m’a pris pour elle. Je la trouve très belle. Je ne l’avais pas encore découverte dans cette série, mais seulement à travers quelques films. Je la trouve sublime, je trouve que les femmes indiennes sont magnifiques, donc pour moi c’est un beau compliment.

A quoi ressemble une journée type d’une comédienne comme vous ?

C’est marrant, toutes les journées ne se ressemblent pas. C’est d’ailleurs ce que j’aime dans ce métier. Il n’y a pas de routine. Et puis, moi, j’ai un rythme particulier. Quand je me réveille le matin, je fais du yoga. Puis, je bois un grand verre d’eau et puis avale une infusion bien-être à base d’artichaut. Je fais très attention à ce que je mange et à la provenance de la viande et du poisson que je vais manger, par exemple. Je ne mange pas tout ce qui vient de l’abattage ou des supermarchés. J’ai du respect pour l’écologie et de l’amour pour les animaux. Après, je réponds à des mails, ou des fois j’ai des interviews téléphoniques.

Comment êtes-vous devenue actrice ?

Je suis devenue actrice grâce à une copine quand j’avais 12 ans. C’est là que j’ai décidé de faire ce métier. J’ai commencé à faire du théâtre avec cette amie, car je ne voulais pas la quitter pendant les vacances scolaires. Elle m’a dit qu’elle partait faire un stage de théâtre et je l’ai suivie. On a fait ce stage pendant une semaine où l’on a travaillé sur les fables de la Fontaine. A l’issue du stage, j’ai demandé à la prof si c’était un métier et elle m’a dit que c’était le sien. Elle était comédienne, actrice et prof de théâtre. J’ai toujours fait du théâtre au collège, au lycée, et après mon baccalauréat, je suis allée à Paris à 18 ans pour continuer à en faire.

Et ‘Demian Nous Appartient’ dans tout cela?

DNA,c’est un tel succès avec 3 à 3,5 millions de téléspectateurs chaque soir. C’est énorme. C’est un tel bonheur de faire rêver les gens comme ça. Les téléspectateurs sont bienveillants, gentils, ils veulent des photos, nous remercient et  nous félicitent. Nous on est contents de rendre les gens heureux. On fait ce métier un peu pour ça.

Vous avez d’autres projets ?

Oui. Des projets de voyage. J’arrive à concilier les deux: métiers et voyage. Ce que je retiens de ce dernier voyage à Maurice, c’est que j’ai visité pas mal d’endroits: la Rhumerie, l’Aventure du Sucre et j’ai été au musée aussi. J’ai lu beaucoup de choses sur les travailleurs engagés. Et, en fait, j’adorerais que ce soit raconté à l’image. J’aurais aimé faire un film sur ça. Maurice est un pays où il y a une telle diversité, forte, riche et belle. Ce melting-pot d’origine, ce mélange de religions, ces ethnies, ça fait un peuple fabuleux. Je ne suis qu’au début de ma réflexion, peut-être co-écrire ou alors interpréter, raconter l’histoire en fait.

Lou, Victoire et Anna dans un hôtel du littoral sud

L’actrice d’origine mauricienne Rani Bheemuck (Lou Clément), Maud Baecker (Anna Delcourt) et Solène Hebert (Victoire Lazzari) de la série française “Demain nous appartient” ont savouré quelques jours de détente chez nous dans la discrétion la plus totale dans un hôtel du sud cette semaine. Week-End a rencontré, hier, Rani Bheemuck et sa copine Solène à la mi-journée à Peyrebère dans le nord de l’île. Elles se sont gentiment prêtées à la séance photos pour nos lecteurs avec le neveu et la nièce de Rani Bheemuck qui a bien voulu, elle, nous accorder un entretien exclusif où elle conte sa carrière d’actrice…avant de regagner Sète, samedi soir