Dr Boyzini. Ce nom est désormais connu du public suite aux tubes proposés par l’artiste depuis quelques années. Personnage talentueux et doué, il est incontournable sur la scène et dans les charts. Pourtant rien ne prédestinait à un tel succès celui qui a connu une enfance difficile avec la séparation de ses parents. La musique l’a aidé à se reconstruire et le piratage lui a volé ses droits fondamentaux. Le 30 décembre 2015, quand il a voulu réagir, il a été battu et inculpé.
L’homme est meurtri; le Dr Boyzini est ailleurs, semble perdu. Son regard, maladroitement caché derrière une paire de lunettes de soleil, en dit long sur son découragement. De temps en temps, il se touche la nuque, visiblement toujours douloureuse. “Je dois me reposer la nuque de temps en temps, sinon je ne suis pas à l’aise.” Mais au-delà de la douleur physique, Dr Boyzini est davantage amoché moralement. “Mo nepli anvi sante, mo pe pans pou aret net. Monn tir dan mo latet ki mo enn artis, mo santi mwa imilie”, dit-il d’un ton sec. Celui que tout le monde connaît comme un farceur et un bon vivant s’est mué en une personne repliée sur elle-même, faisant de son mieux pour fuir les lumières de sa popularité grandissante.