Intervenant hier en début de soirée à la Salle d’oeuvres de l’église Saint Patrick, Rose-Hill, Paul Bérenger a affirmé que le problème d’eau et la fourniture d’électricité sont parmi ses priorités. C’était lors d’une rencontre, organisée par l’Équipe d’Animation Paroissiale, entre les paroissiens et les candidats de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité dans les circonscriptions N° 18 et N° 19.
« Outre le chômage et la pauvreté, l’eau et l’électricité sont des problèmes urgents qui demanderont toute notre attention dès notre entrée en fonction », a affirmé Paul Bérenger devant une salle pleine à craquer. « Si nous n’allouons pas quatre moteurs de 15 MW chacun, nous allons courir le risque de subir des rolling black-out », a prévenu le leader du MMM.
Quant au problème d’eau que rencontrent les habitants des faubourgs de Quatre-Bornes et de Rose-Hill, Paul Bérenger les a exhortés à la patience. « Mo pa abitie dir ninport kwa, se enn problem ki pou pran impe letan pou trouv enn solisyon, me nou pou trouv li », a-t-il promis.
Paul Bérenger intervenait dans le cadre des questions sur le Welfare State, un des quatre thèmes arrêtés par l’Équipe d’Animation Pastorale (EAP) de la paroisse de St Patrick. Les trois autres thèmes étant le Law and Order, les Changements constitutionnels majeurs proposés dans le cadre du projet de IIe République, et la Discrimination et l’Unité Nationale.
Pendant presque trois heures ceux présents ont bombardé Kavi Ramano, Nita Deerpalsing et Patrick Assirvaden, ainsi que Paul Bérenger, Deven Nagalingum et Stéphanie Anquetil de questions très pertinentes relatives aux quatre thèmes précités. Les trois premiers sont candidats de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité au N° 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes), tandis que les trois derniers brigueront les suffrages dans la circonscription Stanley/Rose-Hill (N° 19). La paroisse de St Patrick chevauche ces deux circonscriptions.
Les paroissiens ont posé des questions sur la décrédibilisation de la police, la prostitution à Quatre-Bornes et Rose-Hill, les grands crimes non élucidés jusqu’ici, la drogue, l’alcool et les jeux d’argent et de hasard, l’impunité pour les marchands ambulants, la violence de Voice of Hindu (VoH) et celle des bouncers.
S’il a concédé qu’il y a des problèmes, Patrick Assirvaden a néanmoins exprimé sa conviction qu’un gouvernement PTr/MMM fort pourra apporter des réformes majeures de nos institutions. Paul Bérenger a annoncé une réforme de la police, tandis que Deven Nagalingum a exhorté les citoyens à apporter leur contribution dans la lutte contre les fléaux sociaux. Kavi Ramano a lui affirmé son indépendance vis-à-vis des groupements socioculturels comme VoH.
Les candidats ont aussi répondu à des questions sur la IIe République, le référendum, la réforme électorale, le transfugisme et la libéralisation de la télévision ainsi que l’autonomisation des collectivités locales.
Paul Bérenger a longuement démenti qu’il sera dépossédé de certains pouvoirs en tant que Premier ministre dans un gouvernement PTr/MMM au profit du Président Ramgoolam. « Rien de plus faux », a-t-il insisté. Il a aussi promis la libéralisation de la télévision et l’autonomie des collectivités locales. Il a expliqué que le ciblage de la pension de vieillesse est délicat mais qu’on devra « regarder ce problème en face » eu égard au vieillissement de la population.
Les paroissiens se sont également préoccupés du recrutement et de la promotion dans la fonction publique, de la discrimination entre les écoles primaires du N° 19 et du N° 20, la taxe rurale, la discrimination salariale entre le secteur privé et le secteur public, la mauvaise distribution d’eau, le traitement de faveur dont bénéficie VoH.
Le leader du MMM s’est félicité des réformes annoncées dans le fonctionnement de la Public Service Commission (PSC) et de la Discipline Forces Services Commission (DFSC) et a expliqué qu’il faudrait que la révision régulière des salaires dans le privé par le National Remuneration Board soit inscrite dans la loi. Il a aussi fait des commentaires sur le problème d’eau.
Des questions sur notre système de santé et notre système éducatif, le transport gratuit, les logements sociaux, la pension et le ciblage ont été posées par l’assistance.
Nita Deerpalsing a commenté le système de santé, tandis que Stéphanie Anquetil a apporté des éclaircissements sur les critères de recrutement et de promotion dans la fonction publique et sur la discrimination contre les créoles.
Clôturant la rencontre, le curé de St Patrick, le Père Patrick Fabien, a affirmé que l’Église n’est pas un « roder bout ». « Nou pe rod la zistis », a-t-il lancé sous les applaudissements de l’assistance.