Voilà un timbre, un groove, un blues, quelque chose d’Emmanuel Djob (The Voice), de Ray Charles, dont on entendra certainement parler… et tout ça en une seule voix – Hans Nayna. Des rêves plein la tête, une bonne dose d’enthousiasme, beaucoup de volonté, ce jeune homme de 24 ans ne saurait tarder à obtenir une large écoute et se faire connaitre sur la scène musicale nationale, régionale voire internationale. Originaire de Grand Bel Air, un village près de Mahébourg, Hans Nayna, s’affiche après la discrétion ? »Je chantais depuis tout petit et même au collège mais je restais discret et je me suis surtout concentré sur mes études. Après le collège j’ai commencé à travailler, j’ai touché à tout pour être polyvalent… Et puis, un beau jour, j’ai commencé avec une guitare, j’ai composé un son et à partir de là, je n’ai pas arrêté. C’était il y a trois ans. » Si Hans Nayna chante depuis son plus jeune âge, il est toutefois resté hors du cercle des professionnels. Il s’est produit sur de nombreuses scènes locales, notamment dans des pubs, et le groupe qu’il a formé cette année a réalisé la première partie de Project Live d’Eric Triton en mai à Pointe-Canon. Mais Hans Nayna a des plans de carrière, et son premier pas vers une plus grande visibilité consiste en son actuelle participation à Run Star, (un grand concours de chant à La Réunion).?Sa passion pour la musique lui vient de sa mère qui chantait aussi lorsqu’il était petit, et grâce à elle qu’il a pris connaissance des standards de la musique. Mais grâce à la guitare, « ça m’a ouvert à un autre monde, celui des compositions. » Hans explore ce nouvel univers en se lançant dans des compositions. « J’ai fait des reprises aussi, mais là je vais me concentrer un peu plus dans les compos et donner une bonne couleur à ce que je fais. » Hans Nayna dit qu’il travaille beaucoup sur ses textes. « J’ai passé deux ans presque toujours à la maison à peaufiner mes compos, et je continue de travailler des reprises parce que je ne suis pas très doué à la guitare ».?La pop, le soul et un peu de reggae font partie de son répertoire, même s’il dit ne pas avoir un style de musique en particulier. Et les artistes qui l’inspirent sont Eric Triton pour son parcours et Zulu pour sa persévérance. Et aussi Yoan Catherine pour son Marye mwa. Ils sont pour Hans symbole de persévérance et lui donnent du courage pour avancer. Son plus grand rêve musical est de pouvoir un jour participer à Taratata, et de voyager à travers la musique. Il compte aujourd’hui plusieurs compositions, dont certaines peuvent être écoutées sur Youtube, notamment The heart of a rasta qui mêle sa musique au slam, Never be mine et Addicted, des chansons qui parlent d’amour, et Georgia, un clin d’oeil à Ray Charles. ?