Surnommé le « Copperfield des banlieues », Kamel Boutayeb, plus connu comme Kamel Le Magicien, est réputé pour être un grand prestidigitateur. Ses spectacles se jouent à guichets fermés et ce maître de l’illusion a toujours plus d’un tour dans son sac. Ses styles varient entre le “close-up” (des tours effectués à 30 cm des yeux), la “street magie” (tours de passe-passe dans la rue) et la “Magic Comedy”. Pour la première fois à Maurice, l’artiste offrira deux représentations ce samedi, à 14h et 20h, au J&J Auditorium. Kamel a rencontré les médias hier à l’hôtel Awali, Bel-Ombre.
Personnalité joviale, Kamel a toujours un bon mot pour faire rire. Il s’extasie devant la beauté de notre île et dit la découvrir graduellement. Sa venue à Maurice fait suite à une demande de Ben Javed, directeur d’Event Creators. Cette compagnie, qui fête cette année ses dix ans d’existence, a voulu marquer le coup de manière grandiose par le biais de cet artiste hors pair. Le but étant de présenter aux Mauriciens un spectacle de magie de niveau international, Kamel est arrivé avec son équipe et tout son attirail de scène, soit pas moins de 7 tonnes de matériel.
L’homme, visiblement très détendu face aux médias, répond aisément aux questions et ne manque pas de souligner que « ce sera un spectacle de magie avec de grandes illusions, où il s’agira de deviner ce que pense l’autre ». Outre ses qualités de mentaliste, Kamel fait aussi dans la « téléportation ». Tout y passe, les objets de toutes tailles et de tout poids.
Ce show-man venu du Maroc se découvre, alors qu’il n’est qu’un enfant, une passion pour la prestidigitation. Il apprend de petits tours qui le mèneront, une fois à l’âge adulte, à participer à l’émission Le Grand Journal, sur Canal+, qui lui vaudra de connaître un succès fulgurant. Là, il côtoiera des artistes comme Jackie Chan, Meryl Streep, Jennifer Lopez ou encore le héros de Harry Potter, Daniel Radcliffe. Son art et son succès, Kamel les décrit en disant que « c’est comme vendre du rêve ». Et de poursuivre : « Être magicien, c’est donner cette impression qu’on a du pouvoir. Mon autre atout, c’est que je parviens à diversifier mes numéros. »
Avec ses illusions, Kamel parvient toujours à surprendre. Sur ses vidéos, qui passent en boucle sur YouTube, on le voit emprunter un portable à un passant, le briser sous ses yeux et faire le même portable réapparaître en magasin. Lorsqu’on lui demande quel tour il a le plus réussi, il répond, sur un ton rieur : « Faire Maurice avoir son indépendance. »
Kamel le magicien dit être toujours à l’affût de nouvelles idées et à la recherche de numéros bluffants. « Je me suis mesuré à Harry Potter, le plus grand des sorciers. Et c’est moi qui l’ai surpris », dit-il dans un éclat de rire. Comme les grands qui ont fait de leur passion leur métier, Kamel dira, en toute modestie, que, pour atteindre le summum de son art, il faut énormément de travail. « Mais il faut surtout croire en ses rêves », dit-il.
Pour en savoir plus sur ce personnage énigmatique, rendez-vous samedi, au J&J Auditorium, Phoenix, à 14h et 20h, pour un spectacle d’une durée de 90 min. Prix des places : Rs 1 800 (Carré d’Or), Rs 1 300 (Première), Rs 1 000 (Seconde), Rs 800 (Troisième) et Rs 500 pour la séance de 14h. Tarifs enfants uniquement pour les catégories Première, Seconde et Troisième.