Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) doit impérativement analyser et prendre en considération les règlements des fédérations internationales afin d’harmoniser la prochaine Sports Act et ce, pour que les fédérations locales fonctionnent dans les paramètres acceptables.
C’est ce qui ressort de la rencontre qu’a eue mercredi le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo, avec le représentant du Comité international olympique (CIO), Jérôme Poivey, en présence du président des Association des comités olympiques nationaux (Acnoa), Lassana Palenfo, et Philippe Hoa Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM).
Si les médias s’attendaient à une conférence conjointe juste après cette rencontre qui a duré pratiquement deux heures, au final, ils se sont contentés que d’une brève déclaration de Devanand Ritoo et Jérôme Poivey sans pour autant être autorisés à poser des questions sur les points forts débattus.
« J’ai eu une rencontre très correcte avec M. Poivey. Nous avons établi une bonne ligne de communication avec le représentant du CIO. Nous allons tout faire pour que le MJS, le COM et les fédérations aillent dans la même direction. La Sport Act est en préparation, nous avons eu des propositions du CIO et nous allons travailler sur une harmonisation des règlements », fait ressortir le ministre Ritoo.
De son côté, Jérôme Poivey souligne que le ministre a été très coopératif. « Je dois remercier le ministre pour son accueil. Il y a eu une compréhension mutuelle de part et d’autre. Nous avons discuté de la Sports Act. Les règles doivent être en conformité avec celles du CIO et des fédérations internationales », indique-t-il.
Selon nos informations, la réunion a été très animée. Jérôme Poivey a fait comprendre au ministre Ritoo et à ses représentants présents que la Sports Act ne répondait pas aux aspirations internationales et que les fédérations locales doivent évoluer d’après leur instance respective et qu’elles doivent être autonomes dans leurs actions.
Il se trouve que Jérôme Poivey, soutenu par Lassana Palenfo, aurait dit la même chose dans une récente lettre à ses interlocuteurs du MJS à l’effet que « les organisations sportives nationales existent dans le contexte d’États souverains dès l’instant où elles choisissent et décident librement d’être affiliées ou reconnues par des instances sportives internationales (Ndlr : notamment CIO ou les fédérations internationales), ce qui est la condition sine qua non pour permettre la représentation et la participation des athlètes d’un pays aux événements sportifs à l’échelle internationale, elles doivent également respecter et être en condition de respecter les règles des instances sportives internationales. »
À la lumière de cette rencontre, nous avons appris que le MJS, après l’insistance de Jérôme Poivey, devrait remettre une copie de la Sports Act actuellement en préparation au CIO d’ici à fin septembre pour examiner si le texte de loi local va dans la même direction que les règles internationales.