Foulilaba, mo dir twa foulilaba… Le refrain du Mouvement New Skool… but da same rule, est sur beaucoup de lèvres. Le titre est adulé par certains et critiqué par d’autres. Mais 203,500 views sur YouTube, fallait vraiment le faire !
En attendant le concert Foulilaba prévu le 14 avril, Manna C, Natty Gong, Ras Ricky et les autres s’expliquent sur ce phénomène autour de bez de klak…
Avec plus de 203,500 visiteurs enregistrés à la fin de la semaine dernière sur YouTube pour le clip Foulilaba et environ 53,400 pour celui de La tet so, il est difficile de nier l’engouement autour du Mouvement New Skool, soutenu par les jeunes chanteurs portlouisiens Manna C, Natty Gong, Mystikal, Kool Staï, Ras Ricky… Lors de leurs sorties sur scène, c’est une foule déchaînée qui les soutient et reprend en choeur les paroles de leurs titres phares.
Foulilaba, Ar nou non, Bez de klak dan lagel, Bour dife… Des expressions qui reviennent de plus en plus souvent dans la bouche de certains Mauriciens depuis le lancement du disque Island Burning, l’an dernier. Une formule pour “pointer du doigt tous ceux qui prônent la négativité”, selon Manna C et ses acolytes, qui se considèrent comme des “la tet so”.
Ces paroles ne sont pas accueillies favorablement par tout le monde. Nombreux sont ceux qui témoignent d’une indifférence méprisante pour ces chansons. Mais malgré cela, le nombre de visiteurs ne cesse de grimper tous les jours sur YouTube.
Désagréable.
Un dancehall qui pourrait facilement inciter à la danse. Une chorégraphie qui n’a rien de très original. Les morceaux Foulilaba et La tet so dérangent, principalement à cause de leurs propos jugés vulgaires et irrecevables. “Mo bril Babylon, bril bann matou, apre nou bril bann l’ADSU.” Telles sont les paroles de La tet so, morceau interprété par Manna C et Natty Gong.
Selon Kool Staï, l’objectif de Mouvement New Skool n’est pas d’inciter à la violence, mais d’“utiliser la musique pour calmer les esprits. Dans des sound systems, par exemple, dès que quelqu’un se montre désagréable, il suffit de balancer le son Foulilaba. Il se sentira immédiatement visé et calmera le jeu”.
Il est soutenu par Manna C, qui ajoute qu’“il n’y a rien de vulgaire dans ce que nous disons. Ce sont des expressions purement mauriciennes. Il n’y a pas de quoi être choqué. Zot rod langaz kreol dan lekol, kifer pa kapav ena li ousi dan lamizik ?”  Mais qui souhaiterait se faire jeter à la porte par quelqu’un qui lui balance foulilaba ou encore bez de klak dan lagel ? “Bann kaser nisa ek bann gater program”, répondent en choeur les membres du Mouvement New Skool.
Expressions.
Un langage street, simple et normal. C’est ainsi que le Mouvement New Skool décrit la manière dont il aborde ses morceaux. Les expressions utilisées “nous démarquent des mouvements reggae dancehall internationaux. Nous apportons notre couleur à la musique. Quand les gens entendent foulilaba ou bez de klak, ils savent immédiatement qu’il s’agit de Maurice”, souligne Manna C.
Ras Ricky précise que le créole évolue quotidiennement. “Il nous faut tout simplement suivre le pas. Si ena dimoun kinn adopte sa bann dialog-la, se parski zot kone ki nou langaz li koumsa. Fode pa renie li. E nou artis, nou pa la pou mas bann mo. Nou bizin servi bann dialog ki for. Ce sont des expressions de la rue. Nous n’exigerons jamais que les médias fassent la promotion de notre musique.”
Projets.
Les membres de Mouvement New Skool se sont réunis depuis trois ans. Ils comptent poursuivre dans la voie qui les a fait connaître du public mauricien. Des projets, ils en ont plein la tête. Lancer la compil Reggae Kont la pauvreté à la fin de mai fait partie de ceux-là.
Mais le plus grand défi du mouvement, confie Ras Ricky, est de se faire connaître sur le plan international. “La musique est une mission et non une compétition. Le mouvement regroupe d’autres formes d’art – dont le graffiti, la danse, le deejaying – qui méritent également d’être exploitées.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Concert Foulilaba à Rivière des Galets
Le samedi 14 avril à Rivière des Galets, ce sera la première grande sortie sur scène de l’équipe d’Island Burning. Manna C, Ras Ricky, Natty Gong, Mystikal, Kool Staï et les autres donnent rendez-vous au public pour un concert live, allnight long. Une initiative de Ras Ricky, qui invite également MDZ, Zenfan Ghetto, Roots Revolution, BAD Girls et Supa Dancehall Step à la fête. Billet à Rs 250. Info au 970-0383.