Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, et le leader de l’opposition, Paul Bérenger, se sont rencontrés pendant une heure à Clarisse House hier pour un échange de notes sur des questions entourant les prochains sommets auxquels doit participer le Premier ministre dans les prochaines semaines.
Les deux leaders se sont gardés de faire des commentaires détaillés au sujet de cette rencontre qualifiée de « très positive » par Paul Bérenger. Ce dernier s’est contenté de dire que cette rencontre leur a permis d’accorder leurs violons et qu’il a communiqué au Premier ministre ses inquiétudes concernant ces sommets auxquels le Premier ministre se doit d’être présent en raison de leur importance régionale et internationale.
Maurice est membre fondateur de la Commission de l’océan Indien et accueille le siège du secrétariat de l’organisation régionale. Après trente ans d’existence, le remplacement du terme Commission par Communauté est envisagé. Cette question se heurte à l’opposition des Comores qui craint que ce ne soit une tentative d’inclure Mayotte au sein de l’organisation. D’autre part, à Maurice même, la question qui se pose est de savoir si on peut créer une communauté avec quatre pays souverains et La Réunion, un département de la France qui de surcroît est membre de l’Union européenne. Il a été question du sommet États-Unis/Afrique organisé à l’initiative du président Barack Obama. L’absence à un tel sommet risque d’être mal interprétée par les États-Unis, un partenaire important de Maurice, et dont le poids dans la politique et l’économie internationale ne peut être ignoré. La décision des États-Unis de ne pas inviter le vice-président de l’Union africaine Robert Mugabe a aussi été évoquée. Le même président Robert Mugabe accueillera le sommet de la Communauté de développement d’Afrique Australe (SADC) à Victoria Falls et doit accéder à la présidence de l’organisation de l’Afrique Australe.
Parmi les autres sujets qui ont été évoqués sans entrer en profondeur figure la présence israélienne à Gaza sur laquelle le gouvernement et l’Opposition sont sur la même longueur d’onde. S’agissant de la candidature mauricienne de Jean-Claude de l’Estrac aux fonctions de secrétaire général de la Francophonie, Paul Bérenger a fait comprendre qu’il n’est pas contre. Il y a encore un long parcours à faire avant le sommet de la Francophonie prévu à Dakar, Sénégal.
Parmi les autres rendez-vous internationaux du Premier ministre avant la reprise des travaux parlementaires annoncée pour le 7 octobre figure la conférence internationale des Petits États Insulaires en Développement prévue aux Samoa dans le Pacifique où Maurice présentera un papier et l’Assemblée des Nations Unies les 26 et 27 septembre prochains à New York. Au même moment qu’aura lieu l’Assemblée, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a convoqué un sommet extraordinaire sur le climat. Il a pour but de préparer d’autres réunions prévues ultérieurement dont le sommet de Paris sur l’environnement l’année prochaine. Durant cette même période, Navin Ramgoolam a coutume de participer aux réunions de la Clinton Initiative qui constitue un réseau important de contact au plus haut niveau. De plus, Navin Ramgoolam entretient de bonnes relations avec Bill Clinton, l’ancien président des États-Unis et Hillary Clinton, ancien secrétaire d’État américain et qui est citée comme la prochaine candidate du Parti démocrate pour les prochaines élections présidentielles au États-Unis.