Le Pravasi Bharatya Divas est ouvert à tous les Mauriciens indépendamment de leur origine, a réaffirmé ce matin le Haut commissaire indien à Maurice, T. P. Seetharam, lors d’une conférence de presse au Caudan. Il a précisé que c’est une plateforme idéale pour tous ceux qui souhaitent développer ou approfondir leur lien avec l’Inde et pour discuter des questions tendant à faciliter cette relation.
La tenue de la 6e édition du mini PBD aura lieu à Maurice les 27 et 28 octobre avec une journée en amont dédiée aux affaires. Selon le haut commissaire indien à Maurice, il s’agit d’une occasion pour tous ceux qui souhaitent faire partie du réseau de l’Inde et de la diaspora indienne que ce soit pour des affaires, l’éducation ou la culture. « C’est aussi une occasion pour développer des relations en vue de réaliser des affaires en Afrique », affirme l’intervenant.
Organisé à Maurice, un des rares pays dont une majorité de sa population est d’origine indienne, soit 70 % selon le ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee, l’événement est ouvert à tous même ceux qui ne sont pas d’origine indienne. Moyennant les frais de participation de Rs 1 500, les Mauriciens pourront participer au Business Forum qui aura lieu le 26 octobre à l’hôtel Hilton et aux autres sessions de travail pendant le week-end.
M. Seetharam observe que le PBD qui a lieu tous les ans en janvier en Inde a eu pour résultat la mise en place des politiques pouvant faciliter la relation des personnes d’origine indienne avec l’Inde. C’est ainsi qu’à la suite des représentations de la Global organisation for people of Indian origin (GOPIO), affirme son président Mahen Utchanah, la People of Indian origin (PIO) Card a été délivrée à ceux ayant fait la demande à la suite du premier PBD en 2003. Ce document, fait ressortir M. Seetharam, donne la possibilité à ses détenteurs d’entrer et de sortir de la Grande péninsule sans avoir à faire de demande de visa pendant une période donnée. Ils ont aussi la possibilité d’acquérir des terrains (sauf agricoles) et des appartements en Inde. « Ils bénéficient de tous les avantages d’un Indien vivant dans son pays à l’exception du droit de vote pour ainsi dire », affirme M. Seetharam. Il précise cependant que la dernière génération pouvant en faire une demande est la quatrième. L’intervenant observe qu’il y a eu des demandes de la part des personnes d’origine indienne pour que ceux de la cinquième ou sixième génération puissent également en être détenteurs même si leurs parents ne l’étaient pas. « Le PBD est la plateforme idéale pour discuter de ces questions afin que le gouvernement puisse venir de l’avant avec des politiques répondant aux demandes des gens de la diaspora », affirme M. Seetharam. Il souligne que des représentations pour que les Mauriciens puissent entrer en Inde sans visas, comme c’est le cas pour les Indiens qui viennent à Maurice, ont été faites. « Here is an opportunity to raise new issues », lance M. Seetharam.
Une autre retombée majeure des PBD est l’organisation d’un voyage de découverte à l’intention des jeunes de la diaspora sous le Know India Program. Suite à la tenue de ces PBD, ceux intéressés à entreprendre des recherches sur leurs racines peuvent le faire avec plus de facilités notamment en passant par des agences mises en place en Inde pour les aider à trouver leur lieu d’origine. M. Seetharam affirme que c’est aux délégués de venir de l’avant et de faire de ces rencontres une plateforme pour que leurs causes avancent.
M. Choonee indique que la tenue des PBD régionaux démontre l’ouverture de la Grande péninsule vers les autres. Il indique que 700 participants sont attendus dont 500 de Maurice. Les places seront allouées sur une base de premiers venus premiers servis. Ceux intéressés peuvent se connecter sur le site www.pbdmauritius.org pour l’inscription et le paiement des frais. Les Mauriciens peuvent aussi se rendre au ministère des Arts et de la Culture ou à la Haute commission indienne pour le faire.