Le programme d’Accélération de l’Intégration économique (APEI) a été au centre d’une session de travail qu’a eu cette semaine le ministre des Affaires étrangères Etienne Sinatambou avec Mark Lundell, Country Director de la Banque mondiale pour le Mozambique, Madagascar, Maurice, les Comores et les Seychelles. « L’objectif de la réunion était de poursuivre et d’approfondir d’une façon constructive le dialogue continu autour des besoins de développement de Maurice dans le cadre de l’élaboration et de la mise en oeuvre de la stratégie quinquennale de la Banque mondiale pour Maurice », souligne un communiqué du ministère des Affaires étrangères.  
Cinq pays ayant des objectifs communs, et qui sont en pleine phase de réforme – à savoir le Malawi, Maurice, le Mozambique, les Seychelles et la Zambie –, sont parvenus à un accord afin d’accélérer leur processus d’intégration économique en éliminant les obstacles à la circulation des marchandises, des services, des investissements et des professionnels. L’APEI avait été lancé dans le cadre de l’intégration rapide basée sur les principes de géométrie et de vitesse variables. Le ministre a exhorté la Banque mondiale à poursuivre son soutien à Maurice malgré les différentes réformes déjà réalisées.
Le ministre a également souligné que le gouvernement veut positionner Maurice comme une plate-forme régionale pour le commerce, l’investissement et les services en Afrique. Maurice a signé des protocoles d’accord avec le Ghana, le Sénégal et Madagascar pour le développement des zones économiques spéciales dans ces pays. Le gouvernement envisage de mettre en oeuvre plusieurs nouvelles mesures en vue de contribuer au développement économique du continent africain.