Même si en l’absence d’un ministre des Finances, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, avait déjà rencontré les syndicats en amont du prochain budget, le nouveau Grand argentier, Pravind Jugnauth, a souhaité les rencontrer mercredi. Les diverses confédérations syndicales ont ainsi pu apporter leurs suggestions. Le Mauritius Trade Union Congress (MTUC) en a profité pour plaider pour des emplois plus décents.
« Nous demandons qu’un terme soit mis aux services de sous-traitance dans le service public et para-étatique, où ceux qui sont employés sous contrat font face à des conditions d’emploi déplorables », a déclaré Nundeo Chacoory, secrétaire général du MTUC. « Il y a beaucoup de services qui sont sous-traités dans le service public et para-étatique à l’exemple des Cleaners. Il n’y a, pour ces derniers, pas de travail décent. Les employés sous contrat subissent des conditions de travail déplorables. Nous avons demandé qu’une fin soit mise à la sous-traitance. Il faut que le gouvernement recrute ces employés lui-même car quand il paye les contracteurs, ceux-ci reçoivent un pactole alors que les personnes qu’ils emploient n’ont que des miettes ».
Le MTUC a par ailleurs demandé la mise sur pied d’une Parastatal Body Service Commission destinée au recrutement et aux promotions dans les corps para-étatiques. « Aujourd’hui, il n’y a plus de transparence, disent-ils, on recrute comme on en a envie ». Le syndicat a rappelé au ministre des Finances la vision qu’il avait pour une Duty Free Island et lui a demandé d’en jeter les bases lors de ce budget. Les membres ont par ailleurs réclamé, dans le cadre de la Vision 2030 du gouvernement, la création d’emplois décents. Dans un autre volet, le MTUC a fait part au ministre de « difficultés auxquelles font face les syndicats en raison de leur financial status. Cela nous entrave dans notre rôle d’éduquer les employés. Quand un employé est éduqué, il connaît ses droits ».