À 27 ans, cet ingénieur en informatique de profession, mannequin à ses heures de loisir a de quoi être fier. En effet, dans quelques mois, Pratyush Nobeen lance son agence de mannequinat Secret Models. Ce qu’il recherche c’est « The right attitude. » En 2007, il est repéré par le magazine web américain Urban Mainstream qui lui a consacré quatre pages. Fort de ce succès, il s’entourera des plus grands dont le designer Rocky S et les acteurs de la trempe de John Abraham et Hrithik Roshan. Il a même joué dans la série pakistanaise Jae Kahan Yeh Dil.
Il a la tchatche, la volonté et surtout une envie de se démarquer des autres. Photogénique, à l’aise devant les caméras, Pratyush Nobeen surprend par sa créativité. Tantôt, on le voit sous les traits du Joker, puis en celui d’un wrestler ou encore revêtant l’habit d’un homme du désert, Pratyush Nobeen est un homme à défis. Il était encore étudiant à l’Université de Maurice quand il a été repéré par une équipe de production pakistanaise qui recherchait un Mauricien pour le shooting de Jae Kahan Yeh Dil (Where would the heart go). « Mon rêve était de me lancer dans l’art théâtral. Il y a différentes façons de moduler sa voix, de jouer un rôle de composition. Faire une percée dans cette filière était difficile à Maurice. » Il s’essaie dans un autre domaine, le mannequinat. Kit Acheemootoo de l’agence Heat le repère en 2005 et c’est le début d’une grande aventure. Mario Guillot de IV Play l’encadre et lui donne également sa chance de faire la promotion de sa marque. « Le déclic se produit en 2007, lorsque le magazine web américain Urban Mainstream m’a remarqué et a décidé de me donner un full cover-up. »
Parmi les plus grands
Il prend de l’assurance et décide de partir pour l’Inde pour se perfectionner mais se heurte à un cruel dilemme. « Je pensais qu’il suffisait d’avoir du caractère et le physique de l’emploi pour briller dans ce domaine, mais être mannequin, c’est différent, il faut avoir le Upmost Selling Point, cela je l’ai appris lors de mon entrée dans le mannequinat en Inde. Ce qu’ils recherchaient se résumait ainsi : savoir faire la différence sur un catwalk ou devant un objectif. On a tendance à croire qu’être mannequin, c’est juste un physique ou une démarche, mais ce concept est révolu. » Dès lors, Pratyush Nobeen s’appliquera et fera d’autres voyages les uns plus enrichissants que les autres. En Inde, il trouvera sa source d’inspiration en travaillant avec Rocky S, surnommé l’Indian Fashion Dark Knight. Il défilera également pour Manish Malhotra lors du dernier International Extravaganza Fashion Show en tant que chorégraphe et mannequin. Il raconte qu’il a eu la chance d’être présent aux IFA Awards à Macao comme invité du designer Rocky S. « C’était une opportunité extraordinaire. Dans les coulisses, j’ai fait la connaissance des acteurs comme Hritik Roshan, Sushmita Sen, Dia Mirza, Boman Irani, Upen Patel et surtout John Abraham. Je me suis lié d’amitié avec John et Hritik. » Dans un autre ordre d’idées, l’intervenant relate que ces rencontres l’ont encouragé à aller plus loin dans sa quête. « De mannequin, j’ai voulu être chorégraphe et j’ai réussi. J’ai même eu la possibilité d’effectuer un stage au Kishore Namit Kapoor Acting Lab à Mumbai. J’ai eu une chance extraordinaire d’avoir trouvé sur ma route des gens de talent. » À un certain moment, le jeune Mauricien s’est retrouvé dans l’équipe technique du Kedhar Gawde lors de l’International Extravaganza Fashion Show. Il a géré la chorégraphie des mannequins assez connus tels Roshan Hassamal, Chandré Melanie Meiring, la Miss Mauritius de 2010 Laeticia Darche, entre autres…
Cet ingénieur en informatique qui travaille pour le compte d’une compagnie américaine à la Cyber Tour d’Ébène veut aujourd’hui lancer sa propre agence de mannequins. Secret Models sera lancé d’ici quelques mois. « This name Secret Models suggests that people are not supposed to know that a person is a model. Just like no one knows that Bruce Wayne is Batman or Clark Kent, Superman. » Parlant de la vision de sa nouvelle agence, il dit que pour le recrutement des mannequins tout repose sur une question d’attitude. « J’ai décidé en parallèle de faire du coaching pour les gens qui travaillent et qui veulent projeter une autre image d’eux. Ce qu’il faut dans ce métier, c’est oser être différent. Je travaille avec un photographe Shamsheed Sobha qui m’a appris que devant un objectif tout ne se limite pas qu’à un simple défilé. Il y a la manière de poser et parfois, il faut aussi savoir se mettre dans des rôles de composition même pour une simple photo. En endossant l’habit du joker, je me suis même risqué à faire un numéro de jonglage avec du feu. L’autre photo de moi est basée sur une séquence du film The Prince of Persia. Il m’arrive aussi de donner des rôles de composition à mes mannequins, comme cette femme recouverte d’or dans le film de James Bond, Golden Eye. » Des projets, il en a dans son escarcelle. « J’ai fait venir le rappeur Naz B récemment pour le tournage de mon clip Chéri. Je me suis occupé de tout avec le Studio S : du casting au tournage. Il sera diffusé sur la chaîne MTV prochainement. Mon rêve serait d’avoir Fifty Cent à Maurice. Le lancement de Secret Models sera un produit neuf différent des autres agences de mannequinat. Il y aura aussi en parallèle une agence cinématographique », conclut-il dans un large sourire.