Marie-Josée Grimaud est une passionnée de cuisine qui a à plusieurs reprises raflé des prix lors des concours culinaires dans la catégorie des fruits rares. Cette employée dans une pharmacie de la capitale a tenté l’expérience avec le faux mangoustan, un fruit jaune avec une pulpe granuleuse sucrée et acidulée, blanche comme du coton. Elle en a fait des achards et l’a également cristallisé.
Lorsqu’elle parle de sa passion, Marie-Josée Grimaud ne peut être interrompue. Pour presque tous les fruits rares de Maurice, elle a essayé des recettes à toutes les sauces : cristallisés, jus, compotes… Cette créative passe des heures en cuisine dans le but de tenter de nouvelles expériences, toujours à la recherche de goût.« J’adapte les fruits à différentes méthodes de cuisson », dit Marie-Josée Grimaud. Habituée depuis 1995 aux concours culinaires organisés par la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill dans le cadre de la Fête des fruits, notre interlocutrice a eu la chance de décrocher en 2005 le Star Prize qui était un voyage aller-retour Maurice/Réunion.
Lors de l’édition 2012 de ce concours, qui a eu lieu dans le cadre da la fête familiale au Jardin Balfour en avril dernier, Marie-Josée Grimaud s’est une fois de plus présentée avec de nouvelles recettes, confitures, achards et fruits cristallisés et d’autres pour le plaisir des nombreux curieux qui ont manifesté de l’intérêt à son stand. Sans surprise, elle a remporté deux prix dans les catégories fruits rares et fruits cristallisés. Elle y a présenté le faux mangoustan, issu de l’arbre fruitier ayant pour nom scientifique Garcinia Xanthochymus Hook (famille de Clysiacede) et qui a pour pays d’origine l’Inde. On peut trouver cette plante dans la cour des vieilles cases créoles, explique Mme Grimaud. L’arbre peut ainsi atteindre 7 à 8 mètres de hauteur et ressemble au vrai mangoustanier. Mais contrairement au vrai mangoustanier, il s’adapte à différents types de climats, même les plus secs.
Le faux mangoustan ressemble à une grosse figue. Sa peau jaune devient marron lorsqu’il est bien mur. À l’intérieur, le fruit est fait de la même façon qu’un mangoustan, on y trouve plusieurs quartiers de pulpe blanche avec de gros noyaux au centre de chacun. Cette pulpe est très acide et peu goûteuse. Mais Marie-Josée Grimaud, qui possède une vaste connaissance en matière de culture fruitière tropicale, a fini par trouver la recette pour donner du goût à ce fruit légèrement sucré et acidulé. « Quand on coupe le fruit, ça donne de jolies formes », explique-t-elle nous montrant une assiette contenant plusieurs tranches de ce fruit. Notre invitée nous montre une tranche qui ressemble presqu’à un hibou.
La cristallisation de ce fruit est un procédé très délicat, fait ressortir notre interlocutrice, qui envisage de le cuisiner dans un plat principal. Dans son jardin, à l’arrière-cour de sa maison à Baie-du-Tombeau, Marie-Josée cultive par ailleurs plusieurs variétés d’arbres fruitiers dont de très rares. Ses fruits, elle les transforme selon ses goûts et envies : en achards, marmelades, confitures, fruits cristallisés… Ainsi, à travers ses recettes, celle qui se décrit comme une observatrice de la nature espère tout simplement redonner de la valeur aux espèces de fruits qui tendent à disparaître.