Quatre handisportifs étaient en déplacement, d’abord en Suisse dans le cadre du 44th Swiss Nationals & Daniela Jutzeler Memorial (du 25 au 28 mai 2017), ensuite pour le 1er Grand Prix World Para Athletics de Paris, au Stade Charléty (les 30 et 31 mai 2017). Ils sont Noémie Alphonse (T54), Anaïs Angeline (T37) du club Magic de la Physically Handicapped Persons Sports Federation (PHYSFED) et Ashley Telvave (T20) et Donovan Rabaye (T20) de la Mentally Handicaped Persons Sports Federation à s’être alignés auprès de grosses pointures internationales. C’est ainsi que les deux derniers sportifs ont obtenu leur qualification au 800 m pour les mondiaux de Londres (14-23 juillet 2017) avec des chronos de 2’52″31 et 2’08″99 respectivement.
L’objectif de participation pour les athlètes du club Magic était d’apprendre à gérer les courses de haut niveau et d’entamer la préparation en vue des mondiaux. « En voulant chercher des médailles, nous avons eu les records comme bonus », soutient l’entraîneur Jean Marie Bhugeerathee, qui avait accompagné la délégation mauricienne. C’est ainsi que Noémie Alphonse a réalisé cinq records nationaux et sur les cinq épreuves pour lesquelles elle est qualifiée pour les mondiaux. Ses meilleurs temps réalisés sur les six jours de compétition sont 3’51″44 (1500 m), 2’01″76 (800 m), 1’01’89 (400 m), 30″79 (200 m) et 17″49 (100 m). Anaïs Angeline a, elle, arrêté le chrono à 15″18 au 100 m et 34″25 au 200 m au Stade Charléty. Elle sera donc engagée sur ces deux épreuves à Londres. « Les courses étaient assez compliquées pour les filles, principalement les 1500 m en fauteuil, car il y avait un carambolage et c’est une piste que Noémie ne connaît. Elle s’en est très bien sortie et je suis fier de tous les athlètes », laisse-t-il entendre.
Il est d’avis également que pour faire progresser les athlètes, ce type de rencontre est très important. « Avec une seule rencontre annuelle d’athlétisme organisée à Maurice, nous n’avancerons jamais. Nous visons loin avec les athlètes, les Grands Prix internationaux, les mondiaux, les Paralympiques, entre autres. Nous avons déboursé pas mal de notre poche mais avec l’aide des sponsors également, nous y sommes parvenus », souligne Jean Marie Bhugeerathee. L’objectif pour eux sera à présent d’atteindre la finale des championnats de Londres et réaliser un podium dans la mesure du possible. Jean Marie Bhugeerathee a également établi un nouveau programme d’entraînement pour les athlètes, basé sur les forces et les faiblesses de ces derniers, repérés durant ces six jours. Il ajoute que concernant Noémie Alphonse, les courses phares seront les 100 m et 200 m, sur lesquelles elle devra se donner beaucoup plus à l’entraînement déjà.
En ce qui concerne les athlètes mentaux, Donovan Rabaye était engagé au 400 m où il a réalisé un chrono de 53″01. Pour rappel, il avait déjà obtenu une qualification pour Londres sur cette distance. Jean Marie Bhugeerathee, qui est également l’entraîneur national de la MHPSF, compte travailler surtout le départ et l’arrivée d’Ashley Telvave et de Donovan Rabaye. Cependant, il faudra aussi les aider à gérer le stress ou l’excitation d’avant les courses. « C’est un tout autre processus pour les athlètes mentaux. Le travail psychologique compte pour un bon pourcentage sur leurs performances. Avec l’aide de la fédération locale, c’est faisable », confie-t-il.
Ce dernier compte organiser un stage bloqué, probablement à Flic en Flac, avant l’échéance pour ces quatre athlètes. « Le changement d’atmosphère et d’environnement fait toujours du bien aux athlètes. Ils auront l’occasion de se focaliser uniquement sur les entraînements et oublier pendant un moment leur routine quotidienne. »