Athon Murday, actuellement attaché aux services de Me Raouf Gulbul, a succédé à Riaz Gulbul, devant la Commission d’enquête sur la drogue. Hier, devant cette instance, cet avocat ayant déclaré avoir « prêté serment depuis 12 ans » a fait montre d’une certaine légèreté, poussant l’ancien juge Paul Lam Shang Leen à s’exclamer à un certain moment de son audition : «Vous êtes corrompu ! » Athon Murday a donné des éclaircissements sur sa présence aux côtés de Raouf Gulbul lors de la fameuse soirée du 24 novembre 2014 à Saint-Pierre, en pleine campagne électorale, et sur la présence des autres participants. Perdant le fil de ses explications, à un moment, A. Murday a fini par admettre la présence d’un colis, ce soir-là, disant « regretter qu’il ait été placé dans le coffre de la voiture de Samad Goolamauly, au lieu que dans la mienne… »
Athon Murday a voulu la jouer en mode relax. Bien mal lui en a pris ! Si le président de la Commission d’enquête sur la drogue, l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, était d’humeur taquine, il ne fallait cependant pas pousser le bouchon. Et Athon Murday, proche de Me Raouf Gulbul, l’a appris à ses dépens hier !
D’entrée de jeu, le président Lam Shang Leen a axé l’échange sur la fameuse soirée du 24 novembre 2014 et la campagne électorale de cette année, où Me Gulbul défendait les couleurs de Lalyans Lepep dans la circonscription N° 3 (Port-Louis Maritime/PL Est). A. Murday a d’emblée confirmé qu’il était « tout le temps présent aux côtés de Me Gulbul durant cette campagne » et qu’il agissait comme chauffeur, de même qu’un certain « Sabir Gungaparsad ». Questionné par P. Lam Shang Leen du fait que celui-ci aurait été « parachuté de Londres par Michel Lee Shim », A. Murday répliqua : « Non, Sabir vit à Maurice… Mais je ne sais pas où. » Le président de la Commission d’enquête a alors abordé presque de manière chronologique les événements du 24 novembre.
Paul Lam Shang Leen : Selon Noor Hussenee, plusieurs personnes accompagnaient le candidat Gulbul lors de cette sortie, dont certains étaient ses clients. Vous êtes au courant de cela ?
Athon Murday : Plusieurs ? Non, je ne dirai pas qu’il y avait autant de monde. Je me souviens d’une personne qui est le client de Me Gulbul en particulier.
PLSL : Qui ? Patrick Auguste, dit Gro Patrick ?
AM : Oui !
PLSL : Il est impliqué dans une affaire de meurtre ?
AM : En effet.
PLSL : Selon nos informations, il assurait la sécurité de R. Gulbul durant la campagne…
AM : Non. On n’avait pas besoin de sécurité.
PLSL : Ah bon ? Raouf Gulbul lui-même nous a dit que Patrick Auguste agissait comme garde du corps… À ce que je comprends, il s’agit d’une personne de nature plutôt violente et de forte corpulence…
AM : Oui.
PLSL : Est-ce qu’il y avait également un certain Toto Badoodeenkhan parmi ces “gros bras” qui vous accompagnaient ?
AM : Non, ce nom ne me dit rien.
PLSL : Assurément le nom de Sada Curpen vous est familier ! Était-il là ?
AM : Oui… Non ! Non, non. Je veux dire, oui, je le connais, par le biais d’un cas où j’ai travaillé avec Me Gulbul le concernant. Et non, il n’était pas là-bas.
PLSL : Une affaire de conspiration ?
AM : Oui dans un meurtre.
PLSL : Petricher ?
AM : Non, je ne le connais pas. Je connais Étiennette et Gro Patrick.
PLSL : Kamil Ramoly ?
AM : Non. Peut-être si je vois son visage…
PLSL : Vous ne le connaissez pas ? Pourtant, il porte les affaires de R. Gulbul partout… Il tient un magasin de pièces de rechange à la route Nicolay, à Port-Louis !
AM : Je ne sais pas où se trouve la Route Nicolay.
PLSL : Et vous ne savez pas que c’est lui qui procure les voitures ? Et le policier Shabir Goolamghouse, vous ne l’avez jamais vu ?
AM : Non. Vous savez, durant une campagne électorale il y a tant de gens qui vont et qui viennent pour tant de choses…
PLSL : Et vous alliez manger gratuitement chez Gloria Fast Food, rue Desforges, n’est-ce pas ? Un snack qui appartient à Dade Azaree qui est actuellement incarcéré. Et il n’a pas fait de demande de caution… C’est étrange, non ?
AM : Oui, il ne l’a pas encore fait… Mais on mangeait aussi à l’hôtel Pakistan gratuitement. Je dois dire que j’étais embarrassé…
PLSL : Alors pourquoi n’avez-vous pas payé votre part ?! Il nous semble qu’une foule de personnes appartenant au cercle des trafiquants de drogue gravitaient autour de vous… Et la reine de Plaine-Verte, vous la connaissez ?
AM : Elle doit être une reine…
PLSL : Je suis tenté de vous demander qui est le roi, si vous le connaissez ! Siddick Islam, le nom vous dit quelque chose ?
« J’aurais partagé avec la police ! »
AM : En effet (NdlR : il paraît gêné)
PLSL : Lalyans Lepep avait trois candidats dans cette circonscription; un du MSM, un du PMSD et un autre du ML. Il nous revient que les deux candidats du PMSD et du ML refusaient de faire campagne aux côtés de Me Gulbul…
AM : Oui, parce qu’ils étaient frustrés ! Ils n’étaient pas aussi présents sur le terrain comme Me Gulbul… Pourtant, pour lui, c’était sa première fois, tandis qu’eux étaient là depuis des années !
PLSL : Ce que j’ai compris, c’est qu’à cause de la proximité de Me Gulbul avec certaines personnes que les deux candidats l’évitaient…
AM : C’est la première fois que j’entends cela !
PLSL : Venons-en à la fameuse soirée du 24 novembre 2014…
(NdlR : le président Lam Shang Leen questionne Athon Murday sur le nombre de véhicules présents et des personnes qui y étaient aussi, et le proche de Me Gulbul se perd dans ses explications. Il finit par admettre qu’il y avait trois voitures, dont la sienne, celle conduite par Samad Goolamauly et celle de Noor Hussenee).
PLSL : Que s’est-il passé après la rencontre avec Mamade Bocus et le religieux ? Est-ce qu’à un certain moment Raouf Gulbul a demandé à un chauffeur d’ouvrir le coffre de la voiture de Samad Goolamauly ?
AM : Et dire que tout ce temps-là j’avais pensé que le colis avait été placé dans le coffre de ma voiture…
PLSL : Donc, vous confirmez qu’il y avait bien un colis ?
AM : Peut-être… Peut-être dans la voiture de Samad Goolamauly…
PLSL : Qu’y avait-il dans ce colis ? Des tracts pour la campagne ?
AM : Le coffre de la voiture de Samad Goolamauly avait été ouvert, en effet…
PLSL : Pour faire quoi ? Pas pour prendre des verres ! Est-ce que l’un d’entre vous n’était pas agacé d’avoir à attendre comme ça ?
AM : Moi non, je n’étais pas agacé. Peut-être que Samad Goolamauly et Ashley Hurhangee, oui.
PLSL : Vous avez vu un coffre de voiture être ouvert, et ce qu’il s’est passé ensuite ?
AM : Non. J’ai appris, par le biais des journaux, qu’il s’agissait de l’argent provenant du trafic de drogue.
PLSL : On n’ouvre pas le coffre d’une voiture pour rien !
AM : Je regrette que ce ne soit pas dans mon coffre que le colis ait été placé…
PLSL : Vous réalisez ce que vous dites ? Imaginez que c’était dans votre coffre que ce colis avait été placé, et que la police vous arrête et vous demande d’expliquer d’où vient cet argent ! Qu’auriez-vous fait ? Il y avait Rs 9,7 M dans ce colis ! Imaginez que la police vous ait arrêté !
AM : Je suppose qu’on aurait partagé…
PLSL : Avec qui ?
AM : Avec la police !
PLSL : Mais quel avocat faites-vous ! Vous êtes corrompu ! Quelle attitude pour un avocat…
Athon Murday a tenté, sur ces entrefaites, d’expliquer qu’il plaisantait. Ce qui n’a pas manqué d’agacer Paul Lam Shang Leen au plus haut point. Le président de la Commission d’enquête a poursuivi l’audition, demandant au proche de R. Gulbul s’il ne trouvait pas conflictuel que l’avocat représente à la fois Ricardo Agathe, et le beau-frère de celui-ci, Salva. Ce à quoi A. Murday a répondu : « Je me suis contenté d’exécuter les instructions de Me Gulbul en tant que junior dans cette affaire. Je ne me suis pas intéressé à l’affaire de près. »