Un nouveau parti vient de faire son entrée dans l’arène politique : le Ralliement Citoyen pour la Patrie. Il s’est présenté à la presse hier. Il s’agit d’un regroupement de jeunes, pour la plupart, ayant pour objectif de se démarquer des autres partis politiques en fonctionnant non avec pas un leader mais un président mandaté pour deux ans. « Nous voulons démontrer que nous ne sommes pas attachés au pouvoir mais à nos valeurs de patriotisme militant », souligne Parvèz Dookhy, avocat de profession.
Estimant que la politique ces dernières années « a été confisquée par quatre principaux partis qui ne sont en réalité pas de véritables organisations politiques mais des familles et des clans », le Ralliement Citoyen pour la Patrie (RCP) veut faire la différence. En effet, la création de ce parti découle du regroupement du Club des Militants, plate-forme lancée l’année dernière pour permettre aux jeunes de débattre de plusieurs idées qui dominent l’actualité. Le Club des Militants fonctionnera désormais en tant qu’organe au sein du parti.
La présentation officielle du parti a été faite hier lors d’un point de presse. « La politique mauricienne a besoin de renouveau et de hauteur de vue. Et c’est dans cette optique que le Ralliement Citoyen pour la Patrie a été créé », soutient Parvèz Dookhy. Le RCP se base sur des valeurs telles que le respect de la patrie, l’engagement citoyen et plusieurs autres idéaux. En effet, souligne Parvèz Dookhy, contrairement aux autres partis politiques, le RCP n’aura pas de leader, mais un président élu par ses membres. « Nous voulons donner à tout le monde l’occasion de parler et de diriger », dit-il.
De plus, « le parti compte procéder différemment pour faire connaître au public ce qu’il fait. Nous ne comptons pas organiser de grands meetings, nous allons faire un véritable travail de terrain en allant à la rencontre des étudiants, des jeunes, des patients et d’autres personnes pour les inviter à être des parties prenantes à des débats d’intérêt national », indique son président. « Le parti animera des débats sur les réels enjeux de la nation mauricienne. Il apportera un éclairage différent à la discussion politique et fera des propositions sérieuses, crédibles et fortes pour l’avancement du pays », dit-il. Le RCP compte avoir 22 cellules présentes à travers le pays : 21 seront constituées dans les différentes circonscriptions, dont une à Rodrigues et une autre cellule pour des Mauriciens résidant à l’étranger.
Le symbole du parti est un damier et représente, selon Parvèz Dookhy, l’intelligence face à l’adversité et la maîtrise d’une forte capacité de jugement stratégique pour l’avancement. La couleur du parti est le turquoise en référence à la pureté de l’eau de mer de Maurice, signe de pureté morale dont des dirigeants du parti doivent faire preuve dans la conduite de l’action politique. Le RCP a pour devise « l’Éthique, le Progrès et la Patrie ». Le siège social du parti est à Rue Pope Hennessy à Terre-Coupée, Curepipe.