Après un constat de visu des officiers du ministère de l’Environnement et de la Pêche il y a quelques jours, des écologistes attendent des actions concrètes des ministères concernés contre l’hôtel Grand Mauritian à Balaclava. Dénonçant la modification de la plage, des habitants et pêcheurs de cette région exigent l’arrêt des travaux. Le ministère de la Pêche, lui, étudie toujours ce dossier.
La zone marine protégée servant de zone de reproduction des tortues est, selon les pêcheurs, « en alerte rouge ». Les travaux menés par l’hôtel Grand Mauritian sur la plage, et qui « n’ont pas respecté l’Environment Impact Assessment (EIA) licence », soutiennent-ils, « a gravement affecté l’écosystème marin » dans cette partie de l’île. Dénoncés par l’hebdomadaire Week-End, ces travaux de reprofiling ont été effectués à l’aide de pelleteuse sur la plage et dans l’eau. Selon des témoins, plusieurs rochers ont été enlevés de l’eau, ce qui, disent-ils, relève du non-respect de l’environnement marin.
Des pêcheurs, membres du Syndicat des Pêcheurs de Maurice (SPM), se questionnent quant aux autorisations obtenues des autorités en ce sens. Ils déplorent également le laxisme des autorités. « Il s’agit d’un environnement marin protégé. Qui paiera pour les dégâts ? Nous avons dénoncé les pratiques inacceptables en ce sens. Mais à ce jour, il n’y a eu aucune action concrète pour que les coupables paient pour leurs actes », martèlent les pêcheurs.
Du côté des ministères de l’Environnement et de la Pêche, hormis une visite des lieux, aucune mesure corrective n’a été prise. Le ministère de la Pêche travaillerait actuellement sur un rapport qui évoquera les dégâts des travaux sur l’environnement marin de cette région. Selon nos informations, ce document sera envoyé au ministère de l’Environnement en fin de semaine.