Si la municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill avait dans un premier temps donné son autorisation à l’Exim Bank of India pour procéder au financement des travaux tant attendus de la troisième phase du projet de rénovation du bâtiment du Plaza, elle a dû se raviser en raison des conséquences qu’auraient provoquées la mainmise totale des Indiens sur ce projet, notamment concernant « the assist in the entire procurement process, the award of contract, the surpervision of works and certifications of claims ».
Certaines exigences de l’Exim Bank of India pour procéder au financement des travaux et la perspective, à travers la mise sur pied d’unr Project Management Consultant Team (PMC), en s’octroyant la quasi-totalité des travaux, ont donné lieu à des réserves au sein de la municipalité. Zaed Nanhuck, conseiller de l’opposition et membre du PMSD doutait, selon ses dires, de la capacité des donateurs de la Grande péninsule à préserver le coté historique du théâtre du Plaza : « Les conditions de l’accord pour cette ligne de crédit de Rs 325 millions signifiait que nous allions devoir rembourser les dettes. L’expertise de mauricienne était plus que nécessaire afin de préserver ce patrimoine culturel local. »
Ce dernier se félicite donc d’avoir finalement fait pencher la balance en faveur du financement total du projet par le gouvernement mauricien, contrairement à ce qui était prévu au début. Interrogé, le maire des villes soeurs Ken Fong explique cette décision de la manière suivante : « La mainmise totale des Indiens, l’absence de compétences mauriciennes et le fait que la mairie n’aurait pas au un droit de regard à la réalisation du projet ont fait que nous nous sommes ravisés. » Et d’ajouter pour conclure que « c’est bien la preuve que nous avons à coeur la préservation de cet inestimable patrimoine ».