Plus d’un mois après la rentrée scolaire 2012, la Commission Éducation du MMM dénonce le manque d’enseignants dans de nombreux collèges d’État ainsi que d’autres problèmes d’ordre administratif. Lors d’une conférence de presse hier après-midi, Steve Obeegadoo, président de cette instance, a déploré le « cafouillage », selon lui, qui règne dans le secondaire d’État et qui perturbe le déroulement des classes.
Selon le constat des membres de cette commission de l’Éducation, il ne se passe pas un jour depuis la rentrée sans qu’on entende parler de protestations dans des collèges d’État. Le mécontentement, selon Steve Obeegadoo, porte sur deux principaux problèmes, le manque de profs et la difficulté pour de nombreux élèves à trouver une admission en Lower VI dans la filière d’études souhaitée. Selon Steve Obeegadoo, le récent transfert massif d’enseignants alors que l’année scolaire a débuté, couplé à un manque d’enseignants qui existait déjà pour certaines matières, a généralisé ce manque, aggravant ainsi le problème. « Il y a une grande colère parmi les élèves car ils n’ont pas de classes depuis le début de l’année pour certaines matières. Un transfert se planifie. Quand nous étions là en 2000-2005 nous avions fait en sorte qu’il n’y ait pas plus de 8% d’enseignants transférés d’un seul coup », affirme Steve Obeegadoo. Ce dernier dit au ministre de l’Éducation de ne pas s’étonner si les élèves se précipitent sur les leçons particulières dans l’après-midi afin de compenser les heures d’études perdues à l’école
La Commission Éducation relève un grand mécontentement et une grande frustration parmi les élèves qui n’arrivent pas à décrocher une admission en Lower VI d’après les résultats obtenus en SC et dans la filière d’études dans laquelle ils seraient plus à l’aise.
Cette instance du MMM a aussi fait état hier après-midi de son désaccord avec le Form III National Assessment en soutenant qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’un stress additionnel sur le dos des enfants. Selon Lysie Ribot, le ministre Bunwaree n’a pu jusqu’ici donner des arguments solides pour convaincre la population du bien-fondé d’un tel examen. La députée s’interroge sur la décision du ministère de scinder en trois disciplines distinctes la matière “Integrated Science” pour les besoins de cet examen national alors qu’il y a, selon elle, très peu d’élèves qui optent pour les matières scientifiques en Form IV.
Steve Obeegadoo a aussi commenté les bonnes performances des collèges régionaux aux examens de SC et de HSC en soutenant que la sélection d’élèves pour l’entrée dans les collèges nationaux n’a plus sa raison d’être.