Photo illustration
Milena Veerasamy et Yaseen Mowlabaccus

Pas de sorties avant août, et pas de discussion ! Mauvaise nouvelle pour les adolescents, soit les moins de 18 ans, qui devront attendre encore quelques mois avant de retrouver leurs amis et d’aller flâner dans les centres commerciaux. Entre cours en ligne et réseaux sociaux pour rester connectés avec leurs amis, ils semblent avoir bien digéré la nouvelle.

Milena Veerasamy a 18 ans. Et même si elle a techniquement le droit de sortir, la collégienne préfère rester chez elle le temps que les choses s’arrangent. « Je ne sors pas beaucoup, je suis plutôt casanière », nous dit-elle timidement. Pour elle, ce confinement lui aura permis de se concentrer sur l’essentiel et de passer du temps avec sa famille. « Aussi, je suis tout le temps en contact avec mes amis, donc ça va », nous confie-t-elle.

Morgini V. aura quant à elle 17 ans en juillet. « C’est un peu dommage, j’avais l’habitude de fêter mon anniversaire avec mes amis autour d’un déjeuner ou d’un bon film au cinéma », confie-t-elle. « Mais ce n’est pas bien grave. Virus oblige, l’on essaiera de fêter cela sur Zoom. Ce sera tout aussi fun », dit-elle. Pour elle aussi, ce confinement lui aura permis de découvrir des aspects de la vie qu’elle ne connaissait pas. « J’ai appris à planter avec mes parents. Je ne voyais pas l’importance de le faire avant et pourtant mes grands-parents ont été des planteurs toute leur vie. J’ai hâte de raconter cela à mes enseignants à l’école et qui sait, peut-être de leur ramener quelques légumes que j’aurai fait pousser », nous lance-t-elle.

Yaseen Mowlabaccus est lui catégorique : « Pour qu’on puisse se revoir, on est obligés de faire cela. » En effet, le jeune homme de 16 ans est bien conscient du danger de sortir pendant cette période et est prêt à attendre jusqu’à août. « Mes amis et moi, nous avons beaucoup travaillé ces dernières semaines, ça a été très dur, car pas tous ont une bonne connexion Internet, et pas tous comprennent et assimilent les choses au même rythme », dit-il. Il espère ainsi pouvoir souffler un peu avant de reprendre.

Pendant ce temps, Yaseen Mowlabaccus “zoom” avec ses amis. « Il est facile de rester en contact avec nos amis, d’ailleurs, nous utilisons Zoom pour regarder des films sur Netflix ensemble. Aussi, je pense que cette période de confinement est un test pour l’amitié, pour voir réellement à qui l’on manque », dit-il. Donc, le cinéma ne lui manquera pas ?
« Non, pas vraiment. Moi, ce sont les fast foods ! Et mes parents ne veulent pas que je m’en fasse livrer, donc, oui, ça c’est dur », lance-t-il.