Après une première journée souple et marquée par un fort taux d’absences dans la grande majorité des écoles hier, les cours du deuxième trimestre reprennent véritablement aujourd’hui. Ce trimestre devrait être marqué par la distribution des tablettes tactiles aux élèves de la Form V, comme promis par le ministre de l’Éducation, tandis que les enseignants ont déjà reçu cet outil de travail à la fin du premier trimestre.
Le calendrier officiel du deuxième trimestre scolaire a démarré hier, mais le secteur éducatif catholique et quelques collèges privés non confessionnels étaient en congé pour ce lundi de Pâques. À l’exception de quelques écoles d’État, la majorité des établissements primaires et secondaires étaient vides pour ce premier jour. À titre d’exemple, dans un collège privé de la capitale comptant plus de 200 élèves, il n’y avait que six enfants, et dans une école primaire de Bambous, les cinq élèves présents au début de la journée sont rentrés chez eux bien avant 11 heures. « Ils nous ont demandé d’appeler leurs parents pour venir les chercher » dit un Head Teacher. Des chefs d’établissement au primaire et au secondaire n’étaient guère étonnés, disent-ils, de ce fort taux d’absences chaque lundi de Pâques. Ils affirment que les responsables du ministère de l’Éducation sont « parfaitement au courant » de cette situation. Toutefois, ils ne comprennent pas pourquoi le ministère ne prend pas en considération ce fait en planifiant le calendrier scolaire. « Le gouvernement connaît bien en avance les dates des principales fêtes pour chaque religion. Si le ministère ne veut pas que les enfants ratent un jour d’école, pourquoi ne pas fixer les deux semaines de vacances du premier trimestre de sorte que le lundi de Pâques soit inclus ? » se demandent plusieurs responsables d’écoles.
Qu’a fait le personnel enseignant durant cette journée sans élèves ? « On en a profité pour faire une petite réunion avec le staff. Me apre, zot finn koz-koze ziska ler pou al lakaz », témoigne un assistant maître d’école. « C’est un gaspillage d’argent public ! » fulmine-t-il, évoquant la travelling allowance payée au personnel et d’autres dépenses liées à l’administration quotidienne qui auraient pu être évitées, selon lui, aujourd’hui. « Inn pey travelling dan vid ! »
Dans d’autres écoles, on fait mention d’un « gaspillage » par rapport aux pains offerts gratuitement aux élèves chaque jour, et qui n’ont pas trouvé suffisamment de preneurs en ce lundi de Pâques.
Il est bon de savoir que chaque école a droit – en dehors des vacances scolaires, selon le calendrier officiel du ministère – à deux jours de congé supplémentaires, connus comme les “floating holidays” et que c’est à la discrétion des responsables de l’école, après consultation avec leurs partenaires, de choisir les dates qui conviennent le mieux pour ces deux jours “off”, à la condition toutefois d’en informer les autorités concernées. Le Bureau de l’Éducation catholique a pris avantage de cette possibilité pour garder ses écoles fermées en ce lundi de Pâques. Certains établissements secondaires privés non catholiques, tel le Bhujoharry College, appréhendant eux aussi un grand nombre d’absents, ont également eu recours à ce “floating holiday”.
À souligner que ce deuxième trimestre est le plus long et le plus chargé du calendrier scolaire. Durant ces trois prochains mois, les écoles primaires et secondaires mettent les bouchées doubles pour boucler le programme d’études de CPE, de SC et de HSC et certaines d’entre elles commencent même la révision pour les examens de fin d’année, ignorant souvent les directives du ministère par rapport au respect du rythme d’apprentissage des élèves. Le deuxième trimestre prend fin le 18 juillet pour le primaire et le secondaire.
Par ailleurs, au niveau du ministère de l’Éducation, on s’active pour procéder à la distribution de quelque 24 000 tablettes aux élèves de Form V après une remise symbolique à la SSS Gaetan Raynal et au Mauritius College quelques jours avant les dernières vacances scolaires. Mais des enseignants de Form V affirment que le dispositif existant dans leur établissement ne serait pas au point pour une utilisation efficace de ce nouvel outil pédagogique.