À dix jours de la rentrée pour les élèves du secondaire, c’est le va-et-vient habituel dans les librairies. Après la réception de la liste des livres par les libraires qu’au début de décembre, c’est la fermeture du port pour les fêtes qui retarde maintenant leur livraison. Au Mauricien, le directeur des Éditions Le Printemps Ahmad Sulliman explique que cette pratique pénalise les revendeurs, mais surtout les parents et leurs enfants. Plusieurs titres utilisés dans la plupart des collèges sont ainsi indisponibles. 
Plusieurs collégiens devraient reprendre les classes le lundi 14 janvier avec uniquement certains manuels recommandés par les écoles. Le retard accusé dans la livraison des livres cette année s’explique par la fermeture du port le 17 décembre ainsi qu’à la veille de Noël et du Nouvel an. De plus, plusieurs établissements ont soumis leur liste aux librairies qu’à la première semaine de décembre.
« Plusieurs conteneurs sont restés bloqués au port durant les fêtes. Ce ne sont pas que des livres qui y dorment, mais aussi d’autres commodités. Il y a ainsi aucune garantie que nous obtiendrons nos produits dès la reprise des activités dans le port. Il faudra attendre encore… », explique un revendeur.
Au Mauricien, le directeur des Éditions Le Printemps soutient que les écoles et le ministère de l’Éducation devraient faire parvenir leur liste de livres en avance afin d’éviter ce genre de situation. « La fermeture du port durant cette période importante est quelque chose qu’il faudra aussi revoir. Depuis le 17 décembre, il y a des centaines de conteneurs qui dorment dans le port », déclare Ahmad Sulliman.
De leur côté, des parents se disent préoccupés malgré l’assurance affichée des libraires quant à la disponibilité de tous les livres sur le marché malgré le retard. Plusieurs d’entre eux se rendent dans les librairies régulièrement afin d’avoir les livres manquants.
Outre le Manuel français Couronne et les livres importés, plusieurs autres titres recommandés par le ministère sont en rupture de stock. Parmi : le manuel Conceptional Mathematics pour la Form III et des ouvrages de langues orientales pour la Form II. Plusieurs livres édités par le Mauritius Institute of Education sont aussi indisponibles.
Par ailleurs, le coût des livres importés a connu encore cette année une hausse de 3 à 5 %. En vue de réduire les dépenses, de nombreux parents achètent des manuels scolaires de seconde main. Une tendance qui prend de l’ampleur quand on considère qu’en moyenne un parent dépense entre Rs 2 000 et Rs 2 500 pour l’admission de son enfant en Form I ; de Rs 2 500 à Rs 3 000 pour la Form II ; Rs 4 000 pour la Form III ; et jusqu’à Rs 5 000 pour les Forms IV et V, dépendant des matières. Au niveau du HSC, les prix sont au-dessus de Rs 6 000.
Si certaines librairies notent une baisse dans la vente des livres de première main, d’autres affichent l’optimisme. « Nous vendons davantage de livres neufs que de livres de seconde main, surtout pour la Form I car les parents veulent que l’enfant ait des manuels neufs pour sa première année au secondaire », disent-elles.