Dans le cadre du projet de repeuplement du lagon, le ministère de la Pêche a procédé à la mise en mer de 30 000 gueules pavés à la réserve de Petite-Rivière-Noire, hier. Ceux-ci avaient été élevés au centre de recherche d’Albion. C’est le septième exercice du genre que le ministère réalise depuis le début de l’année, conformément aux dotations budgétaires pour le marine ranching.
L’hiver est propice à la croissance des gueules pavés. C’est pour optimiser leur chance de survie que 30 000 gueules pavés ont été relâchés hier, à la réserve de Petite-Rivière-Noire. D’abord élevés dans des bacs, puis les bassins du centre de recherche d’Albion, ces alevins contribueront à la régénération du lagon. Ce projet initié par le budget 2012, avec un budget de Rs 10 M, vise à accroître la production de poissons dans nos lagons. Deux espèces de poissons, à savoir les cordonniers et les gueules pavés, ainsi que les crabes et les crevettes ont été identifiés pour ce projet jusqu’ici.
En janvier, 25 000 cordonniers avaient été relâchés à Blue-Bay pour le démarrage du marine ranching. Le même nombre a été par la suite mis en mer à Trou-d’Eau-Douce, Poste-Lafayette et Grand-Gaube, en mars et avril, respectivement. Les crabes ont été relâchés à Pointe-d’Esny et à Albion en février. En ce qui concerne les gueules pavés, c’est le premier groupe qui a été remis en mer hier.
Avant de décider du site pour cet exercice, des inspections sous-marines ont été réalisées par les techniciens afin de s’assurer que tous les éléments constituant l’habitat du gueule pavé, telles que les algues, soient présents.
La prochaine production concernera les crevettes. L’accent sera aussi mis sur les crabes qui entraînent des revenus assez rapides, puisqu’ils sont prêts dans un délai de six mois.