Le comité de politique monétaire (Monetary Policy Committee) de la Banque de Maurice a, par vote majoritaire, hier, relevé le taux directeur de 25 points de base, le portant à 5,50 %. Lors de sa précédente réunion il y a environ trois mois, le MPC avait décidé d’une augmentation de 50 points de base du Key Repo Rate.
Expliquant la décision prise hier par le MPC dans un communiqué émis en fin d’après-midi, la BoM soutient que les pressions inflationnistes ne donnent pas des signes qu’elles vont s’estomper alors que l’écart au niveau de la production semble se rétrécir graduellement au fil des trimestres, d’où la nécessité de poursuivre le processus de normalisation du taux directeur.
Selon le communiqué, le MPC note que même si la reprise économique globale s’est ralentie, les prévisions sont qu’elle demeurera sur les rails en 2011. Cependant, on remarque que la croissance diffère selon les régions avec des risques de glissement pour certaines économies. Le MPC dit constater que la baisse des pressions inflationnistes au plan global est due à une remontée modérée des prix des matières premières et que le dynamisme de la croissance globale laisse entrevoir que ces prix pourraient reprendre une tendance à la hausse dans le moyen terme. Le MPC observe que la majorité des banques centrales dans les économies émergentes se sont engagées dans un processus de resserrement de leurs politiques monétaires respectives.
Concernant l’économie mauricienne, le MPC estime qu’elle a évolué comme prévu lors de la dernière réunion, la reprise restant ferme. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) pour cette année est maintenue à 4,6 %, et ce malgré les incertitudes concernant les perspectives économiques chez certains partenaires commerciaux de Maurice.
Pour ce qui est de l’inflation, les prévisions sont que la headline inflation (moyenne de l’indice des prix à la consommation sur douze mois comparée à celle des douze mois précédents) restera élevée jusqu’à la fin de l’année. Elle va ensuite se replier pour s’établir autour de 5,4 % d’ici à juin 2012 mais elle se situera toujours à un niveau bien plus élevé que celui enregistré à fin juin 2010. S’agissant de la year-on-year inflation (différence entre le niveau du CPI pour un mois donné et celui du mois correspondant de l’année précédente), on s’attend à ce qu’elle atteigne 4,4 %. « The MPC considered it important to prevent the high consumer price inflation from generating second-round effects », ajoute le communiqué pour expliquer la décision du comité de relever le taux directeur.
Invité à commenter la décision du MPC, Louis Rivalland, président du Joint Economic Council (JEC), organisme suprême du secteur privé, a déclaré que le JEC « pensait qu’il y avait toujours une marge de manoeuvre pour garder le taux directeur inchangé, du moins pour encore un trimestre en attendant de voir plus clair dans l’évolution des indicateurs ».
Louis Rivalland fait ressortir que les derniers chiffres concernant la croissance économique mondiale indiquent que la reprise n’est pas au niveau prévu. À Maurice également, dit-il, la croissance reste fragile alors que les derniers chiffres concernant l’évolution du CPI font voir une certaine stabilisation. « On aurait souhaité qu’on attende de voir comment va évoluer l’inflation avant de se prononcer sur la direction du taux d’intérêt », ajoute le président du JEC.