Du samedi 30 juin à aujourd’hui, la Training School de la prison de Beau-Bassin accueille des candidats potentiels souhaitant faire carrière au sein de nos institutions carcérales. Procédant actuellement à un appel à candidatures, le service des prisons a souhaité, « pour la première fois de son histoire, organiser une telle manifestation afin de mieux faire connaître les perspectives de carrière qui existent dans ce secteur », soutiennent le Commissaire des Prisons (CP), Jean Bruneau, et la responsable de la Training School, Gunneeta Aubeeluck. Pour le CP, « cet exercice s’est commandé dans la mesure où nous voulons désormais “put the right persons in the right places” ».
« Pendant très longtemps, de nombreux Mauriciens ont pris de l’emploi au sein des prisons à défaut d’autres perspectives de carrière, soutient Jean Bruneau. Soit, parce qu’ils n’arrivaient pas à décrocher les boulots qu’ils souhaitaient. Souvent, donc, ce n’était pas par choix qu’ils acceptaient d’intégrer les services des prisons, mais par faute de quelque meilleure opportunité. » Ce qui amène le CP à avancer que « certains départements se retrouvent donc avec des employés qui ne sont pas vraiment fit for the job… et avec les inconvénients que cela implique. » Afin d’y remédier, le CP a souhaité « revoir le système de recrutement, notamment en organisant cette open day de trois jours, destinée à vulgariser nos services ».
Pour la toute première fois de son histoire, la Prison a ainsi « ouvert ses portes » au public, non pas des cellules, mais celles s’ouvrant sur les perspectives de carrière en son sein. L’exercice s’est déroulé du samedi 30 juin à aujourd’hui à la Training School située dans l’enceinte de la prison de Beau-Bassin. La grande salle commune a été aménagée de manière à ce que les différents services et unités des prisons soient représentés ; via des informations, des photos, des produits réalisés (ateliers de vannerie, boulangerie, artisanat de la prison des femmes…) de même que la présence des officiers des différents départements. Ainsi, étaient représentés, l’unité des PSS, la New Wing Prison, la Prison des Femmes, la Trade Section, les Senior Prison Officers, pour ne citer que ceux-là. Un comptoir d’informations générales, avec des circulaires expliquant les critères de recrutement et les conditions de travail, était aussi pourvu.
Gunneeta Aubeeluck, responsable de la Training School des Prisons, cadre depuis une vingtaine d’années dans ce secteur, administratrice aux Head Quarters, Superintendent au Correctional Youth Centre (CYC) et prochainement mutée également au sein de la Inspectorate Team, abonde dans le même sens : « Nous avons effectivement un problème en matière de recrutement. D’ailleurs, nous procédons actuellement à un tel exercice et la closing date est fixée au 9 juillet. Nombre de fois, des personnes optent pour un emploi au sein des prisons parce qu’il s’agit du secteur public, et donc, parce que cela représente une certaine garantie d’emploi. Mais au final, ce ne sont pas des personnes qui s’engagent dans ces métiers par désir et volonté d’intégrer les forces des prisons. »