Le prochain rendez-vous musical rock et metal sera organisé par la Rock Society (Mauritius), le dimanche 21 avril à Amnezia, Ébène. Des amateurs de cette musicalité progressive, allant du soft au hard, s’y retrouveront dans une ambiance qui s’annonce électrique. L’occasion pour Scope de faire une incursion dans cet univers qui peine à se faire une place sur la scène locale, malgré un public fidèle, qui répond toujours présent aux rendez-vous.
Depuis les années 90, où le rock se frayait un chemin sur la scène locale à travers des groupes tels que Feedback, cette musicalité que l’on définit comme étant lourde et dure s’est épanouie. Au fil du temps, les cheveux longs ont laissé la place aux spikes, alors que chez certains amateurs, les pantalons slim en cuir noir ont été remplacés par des pantalons baggy en camouflage. Quant aux accessoires en métal ou en cuir, ils sont toujours d’actualité, confirme Vrigesh Futta de l’association Pressure Cooker. “Le mélange de ces deux matières se rapproche du style que l’on associe particulièrement aux motards. Ces derniers sont connus comme étant des adeptes de rock.”
Qualifié d’extravagant et d’excentrique, le look choisi par les rockeurs est fait pour se démarquer et surprendre. D’où également le choix du t-shirt noir avec l’effigie d’un groupe de rock. Idem pour les filles, qui choisissent de se vêtir en noir et qui privilégient des maquillages sombres. Bottes à lacets; foulards, piercings, bas noirs, tenues en cuir très sexy… Le style des rockeuses est très proche de celui de la culture gothique.  
Effervescence.
Au-delà de l’apparence physique qui est souvent adoptée pour traduire le style de musique que l’artiste pratique ou que le public apprécie, l’ambiance qui anime les rencontres musicales des mordus de rock est tout à fait particulière. “Les concerts rock vont de pair avec des jeux de scènes dynamiques, voire violentes, où l’artiste se laisse emporter par l’excitation et exprime ses émotions en secouant la tête dans tous les sens. Parfois, l’artiste se jette sur la foule, qui le rattrape et le transporte en toute effervescence”, confie Vrigesh Futta. L’ambiance peut varier selon la puissance de la musique, poursuit-il. Elle peut être dynamique et électrique ou soft et planante.
Peu importe l’atmosphère, les montées d’adrénaline sont toujours au rendez-vous, que ce soit du côté des artistes ou du public. Ali Ghanty, membre fondateur de Rock Society (Mauritius), souligne qu’“une rencontre peut démarrer dans une ambiance très cool et évoluer progressivement. Elle peut passer subitement du soft à l’extrême, dépendant de ce que le groupe propose comme son.” Le rock est un univers en lui-même, dit-il.
Alternatif.
Ce qui est sûr, c’est que la scène rock locale est très colorée et animée car les formations rock sont de plus en plus nombreuses. Parmi les figures phares du rock local, citons le groupe Skeptikal, qui évolue dans le milieu rock alternatif et progressif américain; UnMind, qui se démarque par son côté grunge moins agressif mais énergétique à la Nirvana; Crave, dont les compositions se rapprochent de la mouvance “thrash et mélodique old school”, popularisée par les groupes Metallica et Iron Maiden; 6 Black Coffins, qui distille une sonorité à la frontière du black et death metal; Insane, qui se spécialise dans le rock metal; Haze, dont le style de prédilection varie entre l’alternatif et le metal…
Bon nombre de ces formations rock font partie de la Rock Society (Mauritius) qui, depuis 2007, oeuvre pour faire évoluer le rock à Maurice. “Comme on a coutume de le dire, l’union fait la force. Nous nous sommes rassemblés dans le but de nous faire accepter et de montrer que nous sommes présents à travers des événements musicaux”, confie Ali Ghanty. Selon lui, cela fait longtemps que le mouvement évolue dans l’ombre. Or, dit-il, rejoint en cela par Vrigesh Futta et d’autres rockeurs, il existe un public friand de ce type de concerts. “Il y a surtout des jeunes qui ont repris goût au rock par le truchement des jeux vidéo et des films qui prônent cette musique. Quand nous organisons des concerts rock, il y a toujours foule. Ce sont des adeptes de ce genre musical qui se laissent gagner par l’excitation qui anime les rencontres et qui se défoulent au son de la musique”, précise Vrigesh Futta.
Préjugés.
Malheureusement, les préjugés concernant ce style musical perdurent, déplorent les amateurs de rock. Ce n’est pourtant ni la motivation ni les moyens qui manquent. “Dès que nous mentionnons le mot rock, les propriétaires de pubs nous ferment la porte au nez. Des refus, nous en avons encaissé plusieurs jusqu’à présent”, confie Vrigesh Futta. Il est soutenu par Ali Ghanty, qui confie que les gens pensent encore que le rock est une musique associée à la violence et à la drogue. “Ils se méfient des rockeurs et pensent que, lorsque nous nous rassemblons, il est obligatoire que les choses se déroulent mal.” C’est pour démolir ces préjugés que Rock Society (Mauritius) et l’association Pressure Cooker s’associent de temps à autre pour la concrétisation de projets.
Le concert du 21 avril à Ébène est la première initiative de Rock Society (Mauritius) pour 2013. Zero Gravity, Ash of Beasts, UnMind, Amakartus et Divoltère sont les groupes qui se produiront ce jour-là, de midi à 18h. Rendez-vous à ne pas rater. Et montée d’adrénaline assurée…