Depuis quelques années, la zumba fait fureur dans plusieurs parties du globe. Cette danse aérobic s’est bâtie une réputation en or et a atterri sur le sol mauricien où sa popularité n’a pas arrêté de grandir. Au Space Fitness Ltd à Curepipe, les classes quotidiennes réunissent parfois jusqu’à 80 personnes, la moyenne étant de soixante par session.
17h30. Une musique très rythmée résonne dans la salle de gym. Samba, merengue, salsa et flamenco sont majoritairement audibles. La zumba, malgré ses origines latines, est également pratiquée sur des rythmes européens comme la polka. Environ soixante personnes s’adonnent à leur activité gymnastique préférée.
Les voilà partis pour une heure de travail, pratiquement non-stop. L’activité est faite de chorégraphies simples, mais le dynamisme de l’ensemble est impressionnant. La danse se pratique à travers des battements rapides et des rythmes ralentis des pieds, des bras et également d’autres parties du corps. Les rythmes lents constituent des périodes de repos. “La zumba est une activité sportive complète. Tout y est, même l’échauffement et les étirements”, souligne Kursley Jérôme, 33 ans et coach de zumba au Space Fitness Ltd à Curepipe.
Popularité.
La salle semble relativement petite pour accommoder tout le monde. Les élèves arrivent tout juste à trouver de l’espace pour exécuter les mouvements. “Vu le nombre de personnes qui se sont montrées intéressées à pratiquer la zumba, nous avons dû agrandir la salle. Nous ne pouvons plus accepter de membres. Nous sommes déjà arrivés au maximum. De nos jours, si une salle de gym ne propose pas de zumba, elle ne marche pas trop bien”, confie le coach.
Si la zumba est si populaire, c’est parce qu’elle allie amusement et effort. “Il n’y a aucun autre sport collectif qui soit aussi efficace et aussi amusant en même temps”, soutient Kursley Jérôme. Il précise que la zumba a surpassé l’aérobic, dont beaucoup de pratiquants ont bougé vers ce qui est considéré comme l’aérobic du futur. “Pendant de longues années, on a cru que rien ne pourrait détrôner l’aérobic. Mais la zumba est venue prouver le contraire. C’est la réponse que le monde attendait pour garder la forme.”
Transpirer.
C’est entendu : la zumba fait beaucoup transpirer. Tout le corps semble être en action à travers les pas spécifiques de cette discipline. Chaque pose accordée par le coach est consacrée à l’hydratation. On souffre, mais on s’amuse. La grande majorité de la soixantaine d’élèves présents affichait d’ailleurs le sourire. Qui disparaissait de temps à autre quand le rythme devenait trop intense. Mais pas pour longtemps.
Si l’on se fie aux statistiques, un cours de zumba fait brûler entre 500 et 800 calories. Vous pouvez en brûler plus ou moins, selon l’intensité de votre danse ou votre niveau de forme. En outre, la zumba est une très bonne activité cardio-vasculaire, si l’on en croit le coach. “On peut la pratiquer plusieurs fois par semaine. Il est cependant conseillé de diminuer les sessions au fur et à mesure, pour ne pas perdre trop de poids. Croyez-moi, vous perdez du poids très rapidement avec la zumba.” Une alimentation saine est bien entendu nécessaire pour en tirer vraiment profit.
Condition physique.
Kursley Jérôme souligne que la zumba peut être pratiquée à tout âge. “Au Space Fitness Ltd, nous avons des adhérents de 14 à 70 ans.” Des sessions sont également prévues pour les enfants, à un rythme moins élevé.
Pour exploiter tout le potentiel de cette discipline, il est préférable de posséder un minimum de condition physique. Selon le coach, les nouveaux adhérents se retrouvent assez facilement dans les sessions, même si, au début, ils ne suivent pas forcément le rythme des autres. “Je conseillerais aussi à ceux qui veulent se lancer d’effectuer un check-up médical et demander conseil à leurs médecins.” Les risques de se blesser sont minimes, mais présents. “On peut subir un claquage ou se froisser un muscle si on fait un mouvement que l’on ne maîtrise pas”, prévient le coach.
Tout comme l’aérobic, la zumba a atterri également dans les maisons sous la forme de CD ou de DVD. Ainsi, sans avoir à se déplacer dans une salle de gym, vous pouvez pratiquer cette discipline chez vous. Mais les études démontrent la meilleure efficacité d’une pratique en groupe. “Le fait de s’amuser en groupe est stimulant et pousse les adeptes à donner le maximum.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Créée par hasard
La zumba est née par accident. Son créateur, Alberto Perez, était en train d’enseigner une classe d’aérobic dans sa ville natale, Cali (Colombie), en 1986. Il s’est rendu compte ce jour-là qu’il avait oublié la musique habituelle pour son cours d’aérobic. Il a alors cherché dans son sac de cassettes et en a sorti une qui mélangeait salsa et merengue. Tous ses élèves ont adoré faire des exercices sur ces musiques latines.
Alberto Perez a fait populariser la zumba à Bogota (Colombie) avant d’aller à Miami (États-Unis). En 1999, deux associés l’ont rejoint pour faire connaître cette danse au niveau international.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Concert
Avec la popularité grandissante de la zumba, les instructeurs veulent organiser un rassemblement géant afin de toucher plus de personnes. Kursley Jérôme souligne que ce rassemblement devrait avoir lieu dans une très grande salle. Il est prévu pour le 30 mars, si tout se passe bien. Un DJ sera présent sur l’estrade en compagnie des coaches de zumba et le public suivra les instructions de ces derniers. “L’idée est de populariser davantage la zumba et faire découvrir les nouveaux coaches”, confie Kursley Jérôme.