Le lundi 22 décembre, 69 députés ont repris le chemin du Parlement, selon une nouvelle configuration. Du nouveau dans les rangs du gouvernement, tandis que le leader de l’Opposition reprend son siège, à la droite de l’hémicycle. De la montée des marches à la prestation de serment, jusqu’à la clôture des travaux, Scope y était, dans les tribunes allouées aux journalistes, situées au-dessus de Madame la Speaker. La journée a été animée par quelques protestations des parlementaires et un point de presse du MMM, qui s’est montré insatisfait de cette première session de l’Assemblée nationale.
10h30. Une foule se presse à l’entrée du Parlement. À la porte, les policiers contrôlent l’accès et ramassent les téléphones portables et autres appareils passibles de prendre des photos ou de faire des enregistrements. Des photographes de presse et des journalistes attendent devant l’escalier principal, où trône le tapis rouge. Les ministres et les députés, en compagnie de leurs conjoints, passent sous les feux des flashs. Sandhya Boygah, députée du No 11, fait son entrée, suivi d’Osman Mahomed et du couple Sinatambou. Au Parlement, les règles sont strictes. Les hommes doivent obligatoirement porter une cravate, mais ne sont pas obligés d’arborer leur plus beau sourire.
Le premier à afficher sa mauvaise humeur est l’éternel leader de l’Opposition, Paul Bérenger. Avant la prestation de serment, le leader des mauves prend place à côté du nouveau ministre du Travail et tombeur de Navin Ramgoolam, Soodesh Callichurn. Pas un mot échangé. Paul Bérenger est agité, regarde des deux côtés, joue dans ses cheveux, comme s’il espérait la fin de cette séance. La galerie des invités est pleine, les épouses des députés, le directeur de campagne et les proches des parlementaires sont présents.