Le gouvernement est averti : l’opposition MMM entend revenir en force pour dénoncer les « scandales » à la prochaine rentrée parlementaire, prévue le mardi 23 octobre. A sa conférence de presse hebdomadaire hier matin, Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, a annoncé la couleur. Il devait en effet évoquer une affaire de « fraude massive » dans le secteur de l’immobilier dans laquelle seraient impliqués « deux ministres » et dont auraient été victimes nombre d’étrangers ainsi que des Mauriciens. M. Bérenger, qui laisse entendre que cette affaire a déjà été rapportée à la police, affirme qu’une banque commerciale aurait perdu Rs 300 millions dans ce « scandale » qui implique des pas géométriques obtenus de l’État. Dans le cas des marchands de rue, Paul Bérenger avertit, par ailleurs, le gouvernement de ne pas contraindre ces derniers à « des actes désespérés ».
Avec la rentrée parlementaire prochaine après les longues vacances, le leader de l’opposition signifie son intention de venir de nouveau,dénoncer en force les « scandales ». « PNQ pou fini, scandales pou resté ! « , prévient-il. Rappelant quelques-unes des affaires qu’il a déjà soulevées sous la présente législature, il cite d’abord celle de la clinique MedPoint, baptisée par l’opposition MMM « l’Affaire du siècle ».
Alors que, dit-il, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a débuté son enquête sur cette affaire le 20 janvier 2011, et qu’un premier rapport y relatif a été soumis au Directeur des Poursuites Publiques (DPP) le 11 juillet dernier, le leader du MMM laisse transparaître son irritation du fait que la Commission anti-corruption continue encore d’enquêter. « Deux ans d’enquête : enough is enough », dit-il. Et de promettre : « Il arrivera, un jour où toute la vérité sera établie sur ce scandale, à commencer par le rôle joué par Jeetah, dès le début. »
Paul Bérenger évoque ensuite l’affaire Bois de Rose, mise au jour en juin 2011. « Alors que l’ICAC et la police sont supposées enquêter depuis cette époque, pas une seule arrestation n’a encore été effectuée à ce jour, en dépit de l’affirmation du Premier ministre à l’Assemblée nationale à l’effet que les autorités étaient au courant de ceux qui y étaient impliqués. » Il constate de même que rien ne transpire également de l’enquête que devait ouvrir la Banque Mondiale (BM) sur le sujet, selon les dires du ministre des Finances, Xavier-Luc Duval.
Le leader de l’opposition aborde ensuite l’affaire plus récente de tentative alléguée de trafic d’armes international à partir de Maurice, et qui avait fait l’objet de sa dernière Private Notice Question (PNQ) à l’Assemblée nationale avant les vacances parlementaires. Dans cette affaire impliquant deux ressortissants russes qui seraient connectés à un trafiquant d’armes notoire emprisonné aux États-Unis, il rappelle qu’il était question que l’ICAC invite l’experte américaine, Kathi Lynn Austin, qui avait levé le lièvre, pour qu’elle vienne témoigner. « Il n’en a rien été à ce jour », constate Paul Bérenger.