Il y en a pour qui le travail ne s’est jamais arrêté pendant cette période de fêtes, mais cela est dû à la nature des activités, à savoir dans les services essentiels, comme les hôpitaux et les cliniques, la police, les sapeurs-pompiers, et même les employés du transport en commun, mais aussi dans l’hôtellerie, où l’on travaille 24/24h et 7/7 jours. Toutefois, la reprise totale des activités économiques est annoncée pour le début de cette semaine prochaine.

« Beaucoup de secteurs ne se sont pas arrêtés durant les fêtes, alors que d’autres ont opté pour leur fermeture annuelle en concertation avec leurs employés », résume Pradeep Dursun, COO de Business Mauritius. Dans une firme spécialisée dans la haute finance, à Ébène, un CEO confie que la reprise est prévue ce lundi 7 janvier mais qu’entre-temps, « le travail n’a pas vraiment été interrompu, car tout le monde vérifie ses e-mails et son smartphone à la maison afin d’assurer la coordination avec les clients et les organismes de réglementation pour une prestation de services rapide et non interrompue ». Pradeep Dursun abonde dans le même sens.

« Dans certains secteurs, comme l’hôtellerie, la restauration, le transport, le gardiennage, les cliniques, les grandes surfaces, les stations-service et les plaisanciers, entre autres, les employés ont travaillé non-stop pendant les fêtes », dit-il. Pour eux, ajoute-t-il, il n’y a pas de reprise, mais la continuité tout simplement.

Et d’indiquer : « Ils prendront leurs jours de congé par la suite. Les travailleurs du transport, par exemple, doivent limiter leurs jours de congé pendant les fêtes, selon la législation du travail prévalant dans leur corps de métier. »

Pour d’autres secteurs en revanche, notamment dans les bureaux de la capitale, la fermeture annuelle est une tradition déjà bien établie depuis plusieurs années. « Beaucoup d’entreprises reprendront la semaine prochaine, entre lundi et jeudi, car si elles n’étaient pas fermées, leur taux d’absentéisme aurait été très élevé. Donc, en concertation avec leurs employés, qui ont marqué leurs congés, elles ont fermé pour quelques jours. Beaucoup d’entreprises fonctionnent comme cela, c’est une tradition », explique Pradeep Dursun, indiquant que la majorité des entreprises qui sont fermées pendant quelques jours en ce début janvier diminue les jours de “local leaves” en concertation avec leurs employés.

De son côté, Reaz Chuttoo explique que profiter du premier week-end de janvier en famille et entre amis pour aller se relaxer à la plage est « une tradition mauricienne ». Il ajoute : « Cela ne changera pas en ce début de 2019. » Si certaines firmes du secteur privé ont prévu une reprise ce lundi 7, celle-ci sera « très lente », prévoit le syndicaliste, « d’autant que cette tradition du premier week-end de janvier transcende toutes les communautés, donc tout le monde en profite ».

De nombreux salariés ont préféré prendre un ou deux jours de congé additionnels, voire plus. « Beaucoup ne reprendront pas le travail ce lundi. C’est vrai que beaucoup de firmes du secteur privé ont annoncé la reprise pour ce lundi, mais beaucoup d’employés prolongeront leurs jours de repos. Il n’y a qu’à voir les chantiers de construction, qui représentent le poumon de l’économie. La majorité d’entre eux reprendront vers le jeudi 10 janvier. Donc, de manière générale, il est clair que cette semaine débutera au ralenti pour de nombreux employés », avance Reaz Chuttoo.

Chez Perigeum Capital, par exemple, la reprise est prévue lundi, tout comme à l’Association of Mauritian Manufacturers. D’autres firmes rouvriront leurs portes le mercredi, à l’instar de Profilage Océan Indien, bien que le personnel administratif de la compagnie ait déjà repris le travail depuis le 4 janvier.

Par ailleurs, autre facteur à prendre en compte concernant la lente reprise : le fait que les Mauriciens de foi tamoule démarreront le carême de Cavadee le vendredi 11 janvier. Ils seront donc sans doute nombreux à profiter au maximum de cette dernière semaine avant de reprendre le travail et d’entamer cette période de jeûne. Il y a aussi de nombreux Mauriciens qui sont encore en voyage, comme le confirme une responsable d’agence de voyages. « Beaucoup ont pris l’avion pour aller passer les fêtes à l’étranger, notamment à Singapour, en Malaisie, à Dubayy ou en Europe, et ne rentreront que vers le 8 ou le 9 », souligne-t-elle. L’heure est donc encore à la relaxation pour beaucoup de compatriotes, et aussi à la préparation pour la rentrée des classes dans le primaire et le secondaire, prévue le vendredi 11 janvier…


Les travailleurs étrangers fidèles au poste

L’économie ne tournerait pas correctement sans eux. Les quelque 29 700 travailleurs étrangers en poste à Maurice et évoluant dans la manufacture notamment ne souhaitent pas vraiment s’arrêter de travailler pendant les fêtes de fin d’année. « C’est compréhensible, car ils n’ont pas d’obligations familiales. Dans le textile, par exemple, ces travailleurs étrangers demandent à continuer à travailler. Ce qui permet d’ailleurs à certaines entreprises de pouvoir continuer à tourner et maintenir leurs opérations pendant les fêtes, même si elles n’opèrent pas à 100% de leur capacité pendant cette période », explique Pradeep Dursun, de Business Mauritius.