L’ouverture officielle de la Semaine de la Recherche à l’Université de Maurice a eu lieu ce matin. Jusqu’au 5 octobre, les facultés de l’UoM auront l’occasion de partager leurs récents travaux et nouvelles idées. Intervenant lors de l’ouverture, le vice-chancelor de l’UoM, le Pr Harry Rughooputh, a souligné l’importance de faire de la recherche non pas que pour les publications dans des revues scientifiques mais aussi « pour aider la société et s’attaquer aux problèmes nationaux ». Plusieurs schemes seront institués à l’université, dit-il, pour encourager des projets de recherche en ce sens.?Cette « Research Week » à l’Université de Maurice (UoM) vise une fois de plus à vulgariser la contribution de la recherche au développement à l’échelle nationale et à donner l’occasion aux étudiants et aux chercheurs de se réunir sous un même toit et de partager leurs récents travaux et nouvelles idées de recherche. Des activités sont aussi prévues avec l’objectif de créer une culture d’innovation. La Semaine de la recherche mettra cette année l’accent sur la publication des travaux de recherches. Dans une tentative de consolider le potentiel de recherches des enseignants et étudiants confondus, cette « Research Week » fournira à chaque faculté, à compter d’aujourd’hui, une journée complète pour valoriser leur potentiel et mettre en évidence des projets à long terme. La Semaine de la recherche débute avec la faculté d’Engineering. L’Université de Maurice se verra offrir cette année Rs 30 millions du fonds de recherche de la Tertiary Education Commission pour le développement des meilleurs projets de recherche. Cette démarche vise à promouvoir des projets interdisciplinaires, qui ont le potentiel d’attirer des financements internationaux et favoriser ainsi la promotion de l’UoM dans la recherche. Plusieurs domaines, dont la bio-informatique, l’analyse des langues à Maurice et l’informatique de la santé, seront abordés à cette cinquième édition de la « Research Week », qui comprendra aussi des conférences virtuelles suivies de présentations traditionnelles. La Semaine de la recherche s’achèvera sur des présentations orales et une exposition.?Lors de son intervention ce matin, le Pr Rughooputh a souligné l’importance de cette semaine pour faire avancer la recherche dans le pays. « Through these regular activities, much importance is being laid on research output and collaborative research, thereby providing additional incentives to UoM academics to consolidate and further the development of the institution’s research potential », dit-il. Malgré des travaux de recherche effectués au niveau de l’Université de Maurice, le vice-chancelier estime qu’ils ne sont pas suffisamment portés à la société. « Research for the sake of research is not enough if it is not disseminated », dit-il. À cet effet, le Pr Rughooputh a lancé un appel aux chercheurs pour s’embarquer dans des projets de recherche qui peuvent servir à la société et ainsi adresser des problèmes nationaux. Faisant allusion à l’incident fatale à Sept Cascades durant le week-end causant la mort de deux effectifs de la SMF, le vice-chancelier estime que l’Université de Maurice peut contribuer à faciliter le travail de la police lors de ce genre d’intervention dans des endroits dangereux. Par exemple, dit-il, le département de Computer Science peut aider à établir un réseau de communication pour aider les gens qui se sont égarés dans ce genre d’endroits où le département de Civil Engineering peut apporter son aide pour l’aménagement des infrastructures pour localiser au plus vite les personnes qui sont en difficulté. Le vice-chancelier a lancé un appel aux étudiants ainsi qu’aux chargés de cours de fournir tous les efforts nécessaires. Il a aussi annoncé que l’institution développera bientôt de nouveaux mécanismes afin d’encourager la mise en pratique des résultats de ses travaux de recherches déjà effectués. Le Pro-chancelier de l’UoM, le Pr Soodursun Jugessur, a pour sa part exhorté les jeunes à s’engager aussi dans la recherche, soulignant le fait que davantage de jeunes choisissent des matières comme le droit ou la gestion à l’université. « If our elites and academics had done their work properly, would there be so much violence and social unrest in many countries around the world, this is a question that we should ask yourselves as young people », a soutenu le Pr Jugessur. La faculté de Social Studies and Humanities exposera son travail demain.