Les initiatives enclenchées par l’Assets’ Forfeiture Office sous la supervision du Directeur des Poursuites publiques commencent à rapporter des dividendes. Dans un premier temps, cette opération concerne tous les véhicules, plus particulièrement les grosses cylindrées, alloués aux membres du réseau de l’Ouest engagés dans le trafic allégué d’héroïne venant de Madagascar.
Avec le délai imposé par la Cour suprême suite à des demandes de Restraint Orders logées, les principaux concernés ont pris la décision de se soumettre à ces obligations. Ainsi, le chauffeur de taxi Ashish Dayal, un des bras droits de Rudolf Dereck Jean Jacques, alias Gros Dereck, a pris la décision de restituer aux autorités la BMW M3 Sport en sa possession. Cet exercice devait être complété d’ici cet après-midi. Cette voiture de luxe lui aurait été attribuée personnellement par Gros Dereck dans le cadre de ses responsabilités dans le trafic de drogue.
À ce rythme, le QG de l’ADSU pourrait se retrouver avec une gamme de gros bolides. Ainsi, la BMW M3 viendra s’ajouter à la BMW 645 et la BMW X5 au nom de Gros Dereck et déjà saisies. Ashish Dayal affirme qu’il avait également en sa possession une autre voiture. Les tentatives des autorités en vue de retracer ce véhicule de même que la Mitsubishi Lance neuve allouée à Bruno Westley Casimir ont été vaines. Il n’est pas à écarter que des descentes policières soient organisées chez des mécaniciens de la capitale pour retracer ces véhicules.
D’autre part, malgré l’état d’urgence sur les trafiquants de drogue opérant sur l’axe Madagascar/Maurice, une opération conjointe douane/ADSU a débouché sur la saisie de 1,3 kg d’héroïne sur une ressortissante malgache débarquant du Mauritius Trochetia à son arrivée à Port-Louis, samedi. Malgré l’échec de l’exercice de Control Delivery de samedi soir, l’ADSU se dit confiante de remonter cette filière sur la base d’information disponible. La passeuse malgache a comparu devant le tribunal de Port-Louis aujourd’hui pour son inculpation provisoire de « drug dealing with an averment of trafficking ».
Au DPP’s Office, l’on se prépare à ouvrir le second front contre les trafiquants de drogue et leurs collaborateurs avec des procédures de saisie des avoirs. D’importants développements à ce chapitre sont à prévoir d’ici à la fin du mois. À ce stade, le seul inconvénient mineur reste le transfert des bureaux du DPP à la Garden Tower de la rue La Poudrière. De ce fait, le Registry du bureau du DPP ne devra être opérationnel que vers la fin de la semaine. Les membres du public sont avisés de prendre leur mal en patience jusqu’à vendredi quand le service reprendra son cours normal.