Le chauffeur de taxi Ashish Dayal, le repenti dénonçant l’un des réseaux de trafiquants de drogue les plus importants à Maurice suite à la double saisie de 12 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 180 millions, ouvrira demain un nouveau chapitre de ses confessions. En effet, le rendez-vous étant pris avec les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de Plaine-Verte, l’ancien bras droit de Gros Dereck, qui a retenu les services de Mes Hervé Lassémillante et Samad Goolamaully, s’apprête à aborder le volet consacré à l’usage des téléphones cellulaires sans laisser de traces subséquentes pour se faire repérer par les autorités. Ce State Witness-in-Waiting, avec la bénédiction éventuelle du Directeur des Poursuites publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, a également participé hier à une série de reconstitution des faits sur des lieux de rendez-vous avec le linkman du Mauritius Trochetia, Hayeshan Madarbacus, en présence de Rudolf Dereck Jean-Jacques, en prévision des commandes d’héroïne de Madagascar. D’autre part, les interrogatoires de Jimmy Marthe, alias Jimmy Colosso, défendu par Me Jenny Mooteealoo, et de Jimmy Alexis, aussi connu sous le nom de Rodriguais, avec pour Leading Counsel Me Ashley Hurhangee, n’ont pas apporté de développement majeur dans l’enquête de l’ADSU, qui court sur sa dixième semaine consécutive.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources concordantes indiquent que le nouveau face-à-face entre Ashish Dayal et l’inspecteur Assaad Rujub de l’ADSU de Plaine-Verte sera axé sur le recours aux téléphones cellulaires par les trafiquants opérant au sein du réseau de Gros Dereck. Le premier élément d’information qui intrigue les limiers de l’ADSU concerne le nombre conséquent de cellulaires achetés par Ashish Dayal en son nom au cours des derniers temps précédant son arrestation.
Ce chauffeur de taxi de Quatre-Bornes aurait acheté plus de trente téléphones cellulaires en son nom auprès d’un des principaux revendeurs de l’île. Des reçus attestant ces achats devront également être versés dans le dossier à charge de l’ADSU. Tout indique que ces téléphones cellulaires restaient en service pour de très courtes durées en vue d’éviter toute filature dans le cadre de la lutte contre la drogue. Par ailleurs, une fois le téléphone cellulaire utilisé par le “jockey” pour une opération de livraison de drogue à des dealers à motocyclette, l’appareil était restitué aux responsables du réseau.
Lors de sa séance de questioning de demain, Ashish Dayal révélera le nombre exact de cellulaires qu’il aurait achetés et l’identité du prévenu qui passait les commandes et procédait à leur répartition aux membres du réseau. Vu sa proximité avec Gros Dereck, il ne fait aucun doute que le chauffeur de taxi ne recevait ses instructions que de celui-ci aussi bien que l’argent nécessaire car tous les achats se faisaient à comptant pour éviter des traces.
Toutefois, la zone d’ombre à éclaircir est de retrouver les traces de ces téléphones cellulaires en vue de prendre connaissance des secrets de leurs mémoires et répertoires respectifs pour faire avancer l’enquête. Jusqu’ici, tous les efforts de l’ADSU pour procéder à la saisie de ces cellulaires ont été vains à l’exception de ceux se trouvant sur des suspects, dont Ashish Dayal lui-même, au moment de l’arrestation.
Ce volet des téléphones cellulaires du réseau de Gros Dereck pourrait déboucher sur des dégâts parmi les membres du personnel de la prison, susceptibles d’être dénoncés comme ayant facilité l’entrée de ces équipements illicites au profit de certains détenus notoires. De ce fait, l’ADSU de Plaine-Verte se prépare à procéder à de nouvelles arrestations en cas de confirmation de complicité à l’intérieur de la prison.
D’autre part, Ashish Dayal, accompagné de membres de l’ADSU, a participé hier à des exercices de reconstitution à Riche-Terre, Trou-aux-Biches, Terre-Rouge et au centre commercial de Centre-de-Flacq, soit les lieux où il avait rencontré Hayeshan Madarbacus, dit Long Laskar, que ce soit en présence de Bruno Westley Casimir ou de Gros Dereck pour la confirmation des commandes de drogue à Madagascar. Ces nouvelles sorties ont été rendues nécessaires suite aux aveux du steward à bord du Mauritius Trochetia.
De leur côté, les suspects Colosso et Rodriguais continuent à nier les allégations de trafic de drogue portées contre eux par Hayeshan Madarbacus. Jimmy Alexis, qui est membre d’une écurie enregistrée auprès du Mauritius Turf Club et propriétaire de chevaux alignés pour des courses au Champ de Mars, confronté aux accusations portées contre lui, affirment ne pas connaître le steward.
« Mo inosan dan sa case-là. Mo pena nanyen à faire ladan. Bann allégations-là fos », devait soutenir Jimmy Alexis. Par la suite, il devait ajouter « Mo pa anvi tann okenn kestyon », soit la même attitude qu’avait initialement adoptée Gros Dereck au lendemain de son arrestation. Rodriguais est accusé d’avoir pris contact en juin dernier avec Hayeshan Madarbacus pour passer des commandes de quatre kilos de drogue pour laquelle ce dernier recevait Rs 100 000 comme commission pour chaque kilo.
Jimmy Colosso maintient ne pas connaître le dénommé Madarbacus lors de son interrogatoire en présence de Me Mooteealoo hier. Ces deux suspects devront comparaître en Cour de Port-Louis demain pour la reconduction de leur détention policière. Me Hurhangee a donné avis d’une motion pour la remise en liberté de Jimmy Alexis en l’absence de toute preuve formelle de trafic de drogue retenue contre celui-ci.