L’enquête policière, sous la supervision du surintendant Delawarally et du Chief Inspector Hossenbaccus, sur un cas de prostitution infantile débouche sur une vague d’arrestations avec un total de cinq personnes appréhendées à la mi-journée. Les deux derniers suspects en état d’arrestation, suite à l’éclatement de cette affaire en fin de semaine dernière, sont François Motet, 61 ans, et Caroona Naraynassamy, 48 ans. Avec l’étendue de cette enquête, révélée par l’hebdomadaire Week-End hier, les limiers de la CID devraient s’attaquer à ce qui ressemble à un véritable réseau de prostitution installé dans le nord de l’île et alimenté principalement par des ados.
En début d’après-midi, François Motet, 61 ans, habitant St-Félix, et ancien employé de la propriété sucrière, avait déjà comparu devant le tribunal de Port-Louis pour son chef d’accusation provisoire de « Child abuse ». Le suspect a été par la suite reconduit en cellule policière pour les prochaines étapes de l’enquête soit, entre autres, la suite de son interrogatoire.
François Motet, qui occupait un poste important sur la propriété avant sa retraite professionnelle, était activement recherché durant le week-end par les hommes de la CID de Port-Louis Nord suite aux dénonciations des autres protagonistes dans cette affaire. Le suspect s’est finalement rendu dans les locaux de la CID ce matin, en compagnie de son homme de loi, avant qu’il ne soit placé en état d’arrestation.
Les informations disponibles de sources policières indiquent que François Motet aurait eu des relations sexuelles avec une fille de 15 ans, qui a mis au grand jour cette affaire, contre le paiement d’une certaine somme d’argent. La suite de l’interrogatoire du sexagénaire avec l’équipe du CI Hossenbaccus devrait révéler le nombre de fois qu’il a eu des rapports sexuels avec cette mineure et où ces activités avaient-elles lieu.
À ce stade, les enquêteurs ont mis la main sur un maillon susceptible d’apporter un nouvel éclairage et dévoiler le modus operandi. En effet, Caroona Naraynassamy, 48 ans, habitant Upper-Vale, arrêté ce matin, est présenté comme étant l’agent de ces prostituées, dont l’adolescente de 15 ans. Selon les recoupements effectués par Le Mauricien, Caroona Naraynassamy, alias Alan, conduisait habituellement la mineure jusqu’aux clients, principalement des touristes séjournant dans les régions Nord de l’île. Après sa comparution en Cour prévue aujourd’hui ce suspect devrait apporter d’autres indications sur ce rouage lors de sa séance d’interrogatoire. Jusqu’ici, trois femmes se retrouvent mêlées à cette affaire de prostitution infantile suite aux révélations choquantes de cette jeune fille de 15 ans qui a été depuis quelques jours prise en charge par la Child Development Unit (CDU) et placée en sécurité dans un shelter.
D’abord les noms de Marie Joanna Louis, 25 ans, et de Christiane Momus, 29 ans, ont été balancés formellement par la victime. Dans sa version des faits à la police, l’adolescente présente ces deux femmes comme étant celles qui l’ont forcé à « vendre son corps » en plusieurs occasions, avec des touristes mais aussi bien avec des Mauriciens. La fille, qui faisait l’objet d’un intérêt particulier auprès de la CDU et des enquêteurs de la brigade pour la protection des mineurs depuis quelque temps, a révélé qu’elle s’adonnait à de telles activités sexuelles depuis 2011. Selon le « deal » établi pour ces rapports sexuels, Marie Joanna Louis et Christiane Momus touchaient la plus grosse somme d’argent tandis que de son côté elle avait droit à des « miettes ». L’arrestation de la mère Marie-Noëlle S., qui était vraisemblablement au courant que sa fille se prostituait, est intervenue durant le week-end après celle des deux présumées proxénètes. Les trois femmes ont déjà comparu en cour et sont jusqu’ici en cellule policière quoi que l’une d’entre elles, Christiane Momus, pourrait être incessamment relâchée compte tenu qu’elle doit allaiter son bébé.
Selon les indications de sources policières, les protagonistes utilisaient un restaurant à Trou-aux-Biches comme principale base d’opération tandis que de temps à autres ces activités sexuelles se déroulaient également dans la maison de la suspecte Christiane Momus à Cité La cure. Avec la tournure que prend cette enquête, et avec d’autres arrestations prévues dans les meilleurs délais, les limiers affirment avoir des raisons de penser qu’il pourrait s’agir d’un important réseau de prostitution qui couvre les régions du Nord. Ce volet sera inévitablement abordé sous peu en vue de confirmer ou non l’existence d’un tel trafic dans cette partie de l’île avec plusieurs mineures forcées à avoir des relations sexuelles avec des clients, provenant essentiellement de l’étranger. L’enquête se poursuit.