Bon, je retiens deux choses de cette rencontre. D’abord, l’initiative de ces dames; ensuite, leur sens de la débrouillardise (qualité qui servirait de leçon à plus d’un). Tout compte fait, j’rajoute une troisième chose : le parfum et le goût du cari pomme de l’air et poisson salé de Ruby Beesoon. Comment ai-je pu oublier cela ? Ala bon la ! Tap lalang, mo dir ou !
Ce n’est pas l’hoffe, plus connue chez nous sous le nom de pomme de l’air (parfois même, pomme en l’air), qui rend ce curry si particulier, mais les épices. Ruby Beesoon les a sélectionnées et préparées. Elle les a écrasées sur la roche cari. Elle m’a dit qu’il était hors de question qu’elle achète le massala du commerce.
Pomme de l’air ! Marrant, comme nom ! Madame Beesoon m’a expliqué qu’elle la cuisine comme la pomme de terre. “On peut faire une fricassée, un gratin, un curry…”
C’est pour présenter à Scope leur projet que ces mamans de Beau Bassin et de ses environs ont réalisé différents plats. Elles comptent les proposer à ceux qui feront une pause gourmande à leur nouvelle table, à Barkly. L’idée de lancer ce groupe de femmes dans la vente de plats aux saveurs typiques de chez nous, réinventés, avec des produits rares ou oubliés, revient à Mary Jolicoeur, responsable de l’organisation non-gouvernementale Coeur Écoute. Au mois de juin, elle aménagera un espace dans l’enceinte de son ONG où ces dames pourront préparer et vendre leurs plats (y compris végétariens). Les personnes intéressées feront des découvertes et verront comment la tradition se mêle à la création.
S’agissant justement de créativité, ces mamans m’ont fait comprendre une chose : quand on n’a pas les moyens d’acheter des aliments de qualité pour ses enfants, il faut faire avec ce qu’on a. Pour leur part, elles ont appris à transformer en délices ce qu’elles ont sous la main. Avec un fruit à pain, Maureen Hazmoth réalise de succulentes croquettes, tandis que Herlan Mars vous concocte de délicieux rasgoola avec du pain rassis !
Ce projet, m’a expliqué encore Mary Jolicoeur, vise à renforcer la capacité économique de ces dames et également à encourager l’entraide.
J’ai vraiment hâte que ce projet voie le jour. J’irai faire un tour, j’ramenerai d’autres recettes et, bien entendu, je m’achèterai une bonne assiette de cari pomme de l’air et poisson salé.