Lors d’une rencontre avec la presse récemment, les désormais anciens membres de la branche MMM de Résidence Kennedy ont confirmé leur adhésion au MSM. Parmi les raisons évoquées : un manque de progrès consternant depuis les 25 à 30 dernières années. « Il est maintenant temps d’offrir un meilleur avenir à nos enfants. »
« Nou finn pran decisyon kit MMM al ek MSM parski nou tou krwar dan enn vre sanzma ! Comme tout le monde le sait, il y a beaucoup de problèmes au sein de Résidence Kennedy. Nous croyons cependant que notre localité peut revivre et devenir un endroit où nous pourrons voir grandir nos enfants. Ce n’est pas normal d’entendre un habitant dire que la première chose qu’il ferait s’il gagnait à la loterie serait de quitter la cité… Sa fer dimal ! »
C’est ainsi que Ronnie Petit, ex-membre de la Branche du MMM de l’endroit, explique la motivation des membres de la cellule MMM de la Résidence Kennedy de se joindre officiellement au MSM. C’était en fin de la semaine dernière lors d’une rencontre avec la presse chez un résident de la localité. Il était entouré de Lino Cornet, ancien président de la branche MMM de la cité, de Nono Moïse, président de la branche MSM, et de Jonathan Joseph (MSM), entre autres.
« Ici, ena dimounn ki finn donn zot leker, zot lam, zot lavi pou renn sertin ideal, pou sertin leader politique. Mais au final, quel progrès avons-nous enregistré ?? Narien? ! » a déploré Ronnie Petit. Selon l’intervenant, la cellule MMM de Résidence Kennedy compte quelque 300 membres avec un total d’environ 2 200 électeurs. « Sitan nou for ki non selman nou sel cirkonskripsion ki’nn gagne 3/0 (PTr/MMM) dan dernie eleksyon zeneral, me touletan se ici ki fer kanpagn elektoral ! Pourtant, il n’y a eu aucun progrès à Kennedy depuis ces 20 dernières années ?! Ce n’est pas normal que l’on vous donne toujours un 3-0 et que nous soyons toujours perdants », a-t-il expliqué.
Ronnie Petit a affirmé qu’aujourd’hui les électeurs ne votent plus avec « leker », mais avec intelligence. « Nous souhaitons aller de l’avant, progresser, mais nous nous heurtons au fait que ceux que nous avons élus se battent entre eux, alors qu’ils nous ont promis un monde meilleur. Nou nou kuma bann brebi san berze », a-t-il encore expliqué. « Tandis que nous, militant, ne savons plus où nous en sommes, nous sommes témoins de ce que sir Anerood Jugnauth et son équipe accomplissent comme travaux qui sont en marges avec notre philosophie. Nou oule ki travay la vinn ossi dan nou landrwa », a demandé l’intervenant.
Ronnie Petit s’est défendu d’être « enn roder bout ». « Nou tou gagne deza nou boutt. Nou travay ek nou lamin ek nou lespri pou gagne nou lavi. Mais nous voulons que la cité devienne un endroit où il fait bon vivre, où il y a du progrès. Nous ne voulons plus rester en arrière », a-t-il précisé.
Faisant écho à son camarade de parti, Lino Cornet, ancien président de la cellule MMM de la cité, a affirmé que « SAJ ena enn lekip ki pe fer enn bon travay ». Il poursuit : « Nous nous sentons un peu éloignés de SAJ. Or, nous sentons que si nous nous approchons, nous pourrons mieux travailler en marge du progrès… Nou leader, Paul Bérenger, li mem li nepli kone kot li pe ale. (…) Nous avons donc décidé de nous unir au MSM pour l’avenir de nos enfants, de notre endroit et de notre pays. »
Lino Cornet a rappelé que la branche de Kennedy avait informé Paul Bérenger de leur refus de faire alliance avec le Parti Travailliste. « Il ne nous a pas écoutés… Zordi, nou kone ki finn arive ! Nous avons remporté un 3/0 et nous sommes toujours dans l’opposition. Il est temps maintenant d’offrir un meilleur avenir à nos enfants », a-t-il justifié. « Nou zouenn MSM parski ni PTr, ni PMSD, ni Alan Ganoo na pas reprezant lavenir », a-t-il répondu à une question de la presse.
Le président de la cellule MSM de la Résidence Kennedy, Marcellino (Nono) Moïse, n’a pu cacher sa joie devant la décision des membres du MSM de joindre son parti. « Lino est un vieux combattant MMM. Je lui ai dit que s’il nous rejoignait, nous serions plus forts dans nos démarches de développer Kennedy. Nous l’avons accepté avec beaucoup de joie et d’humilité », s’est-il félicité.« Il est dommage qu’après 25 à 30 ans, les militants aient constaté que leur parti les a laissés tomber. Cependant, il n’est pas trop tard. Ensemble, nous pouvons nous diriger vers une grande victoire. Nou kone ki zot ousi zot anvi Kennedy grandi ! » a affirmé pour sa part le bras droit de Nono Moïse, Jonathan Joseph.
Usant d’un langage imagé, Chantal Labonne, une ancienne militante, s’est mise debout pour expliquer son adhésion au MSM. « Dan enn bato si pena kapitenn bato koule… nou krie sekou, pena personn pou sov nou ! » a-t-elle expliqué.