Les mois et les années passent et se ressemblent à Résidence Riche Terre, à Terre Rouge. Mouches, moucherons, moustiques, odeur nauséabonde, air irrespirable… Depuis 2009, c’est le quotidien de dizaines de familles dont les cours sont inondées de matières fécales. Le système de drain dans leur localité ne fonctionne pas. Les autorités ont plusieurs fois été informées de ce problème. En vain. En août dernier, alors qu’ils avaient manifesté leurs griefs dans les colonnes de Week-End suivant le décès d’une personne des suites d’une infection pulmonaire soupçonnée d’être due à l’air pollué, Gilles l’Entêté, le directeur de la NHDC, assurait qu’outre les mesures temporaires pour réduire le flot des eaux usées dans les cours de ces familles, des travaux de reconstruction seraient effectués au plus vite pour résoudre leur problème. Six mois plus tard, la situation est la même.
“Pa kapav resté dans sa lenvironnema-là! Alé vini, même zafer. Zot dir zot pou fer travaux. Mais kot travaux-là? Nou pa pe kapav viv ici!”, dit D.A, une habitante de Résidence Riche Terre. Impossible de marcher dans sa cour envahie par une mare verdâtre. “Avec sa chaleur-là, bizin sauvé alé. Manzer pa kapav. Loder là trop fort”, dit-elle. Pourtant, elle comme d’autres voisins s’en sont plaints à la NHDC. À maintes reprises, disent les habitants de la localité, ils se sont rendus à Rose-Hill pour faire leurs doléances. Sans aucune amélioration à ce jour.
Or, la conclusion des officiers de la NHDC – dont son directeur lui-même ainsi que des inspecteurs sanitaires qui s’étaient rendus sur place il y a six mois pour un constat de visu de la situation – était sans appel : le puits d’absorption, mal aménagé, était arrivé à saturation. “C’est le pitching fill qui n’est pas bon. Il a été mal placé et se remplit trop vite, d’où les débordements. En sus, le puits d’absorption lui-même a été mal construit”, avait indiqué un préposé de la NHDC.
Camion de pompage
Si depuis août dernier, un camion de pompage vient dévider le puits d’absorption, cette mesure temporaire ne suffit pas. “Couma camion alé, le lendemain délo-là remonter”, témoignent les habitants, faisant ressortir qu’en outre le camion n’est pas aussi régulier que promis. En effet, après les dénonciations de ces familles dans Week-End l’année dernière, la NHDC avait donné l’assurance qu’au lieu d’une fois par semaine, le puits d’absorption sera dévidé deux fois par semaine. Or, selon les habitants, c’est une fois par mois, voire principalement quand des complaintes sont faites que le pompage est effectué. Mais ils attendent surtout que se concrétisent les promesses de Gilles L’Entêté. Ce dernier leur avait, rappelons-le, donné la garantie que d’importants travaux, notamment la démolition de l’actuel puits et la mise en place d’un autre système, devaient au plus vite être effectués pour que la situation s’assainisse à Résidence Riche Terre. Gilles l’Entété avait, par ailleurs, indiqué que demande avait déjà été faite pour le financement de ces  travaux qui nécessitent l’aide du ministère du Logement.
Six mois plus tard, les habitants de Résidence Riche Terre sont sans nouvelles. “À chaque fois nou ale là-bas (Ndlr: au QG de la NHDC), zot dir camion pou vinn pompé. Mais zot pas coz arrangé-là ditou”, disent-ils. Ces familles continuent à respirer cette odeur nauséabonde à couper le souffle et à patauger dans les eaux usées qui remontent quotidiennement dans leur cour. Une situation d’insalubrité de leur localité qui leur donne des problèmes de santé. “Boucou dimoun malade. Ena problème l’estomac, ena gagne lagratelle. Pas facil !”, disent ces habitants. Et de faire ressortir : “Nou fin rode enn place décent pou rester. Nou fin fer sacrifis pou paye lacaz. Zordi, nou pe viv dans malpropreté.” Les habitants de ce quartier redoutent les grosses pluies, se souvienant encore de la montée des eaux de mars 2013. “Kot nou, pa délo ki ti pe monté, mais matières fécales”, disent-ils, s’insurgeant de l’indifférence de la NHDC. “Zot fer promesses zis pou calmé dimoun. Fodé dessann dan lari lerla zot galopé”, ajoutent-ils, se demandant quand la NHDC daignera entreprendre des travaux.
Nous avons en vain tenté d’entrer en contact avec Gilles L’Entêté, resté injoignable sur ce dossier. Les habitants de Résidence Riche Terre font un appel au ministre des Terres et du Logement. “Kan ena incendie, minis Soodhun desann dans quartier ale guetté. Dir li vin guetté dan ki condition nou pe viv. Kit fois, so leker ava fer mal”, disent-ils.