Le caretaker du Centre Social Dr James Burty David à Résidence Vallijee se dit « révolté et indigné » par quelques actes malhonnêtes qu’il a notés pendant la distribution de vivres aux familles touchées par les inondations et ayant trouvé refuge dans ce centre. Il fait état de vols et pointe un doigt accusateur en direction de certaines forces vives et d’habitants de la région.
À hier soir, une vingtaine de personnes dont les maisons sont en piteux état après les inondations étaient toujours réfugiées dans ce centre social municipal. Ces personnes habitent plusieurs régions de la capitale. Depuis dimanche, un grand nombre de Mauriciens ont convergé vers ce centre pour faire des dons à l’intention de ces victimes. Elvis Begué, le caretaker de ce centre social, a raconté au Mauricien hier après-midi qu’il a été témoin de plusieurs cas de vols de ces dons par certaines personnes chargées de la distribution. « Li pa korek ditou. Mo ti pou onte dan zot plas. Zot inn vinn kouma bann volonter pou partaz bann don me zot finn retourn zot lakaz avek boukou kitzoz. Ar mo lizie monn trouv zot pe pran pe ale ek met dan zot loto. Sa apel fer malonet. Mo finn tann dir ki dan lezot landrwa osi bann zafer parey pe arive ». Et sa femme de confirmer : « Zot ti pe rod bat mo mari kan li finn rod met zot deor depi sant. » Toutefois, Elvis Begué dit du bien d’autres volontaires qui sont passés ces derniers jours au centre. « Ena ki finn fer bon travay. Mo pans par examp bann dimounn dan La Croix Rouge ». Il souhaite une meilleure coordination et un certain contrôle de la part des autorités dans la distribution des vivres qui a lieu actuellement dans plusieurs endroits. « Mo pa pe dir ki tou benevol voler me bizin ena enn suivi. Mo demann bann dimounn ki pe fer donasion vinn kite zot mem. Li byin sagrin pou dir ki pa kapav fer konfians brit aster », dit Elvis Begué. Ce dernier évoque aussi des cas de « victimes fictives ». Il fait état de fausses déclarations que certaines personnes auraient faites à la police pour pouvoir bénéficier de l’aide. « Ena dimounn ki mo konn byin finn al dir lapolis ki zot lakaz inn inonde me li pa vre. Bann polisie pa fer okenn verifikasion avan zot anrezistre bann plint ». Mais ce caretaker tient à préciser que les familles qui se trouvent au Centre social « sont des genuine cases ».