« Enn pep ki pa rekonet ek transand so listwar se enn pep ki pou reproduir lopresion ». C’est sur ces notes qu’Ashok Subron et les membres de Rezistans ek Alternativ se sont exprimés à Fort Hendricks, Vieux Grand-Port, pour une commémoration spéciale en ce jeudi 1er février.

Selon eux, la célébration du 1er février en mémoire de l’abolition de l’esclavage ne suffit pas. Ils réclament au gouvernement de compléter l’aspect historique de ces lieux, de mettre en lumière l’histoire d’Anna de Bengale, celle qui a organisé une rébellion et a mis le feu aux casernes des Hollandais, ce qui, selon Ashok Subron, se définit comme le premier acte de liberté.

« Constitution Moris bizin integre enn preabil ki sa pei-la inn ne par enn sistem sosial, ekonomik et politik kinn dekrete kom enn crime contre l’humanité » a-t-il lancé.

Les membres de Rezistans ek Alternativ souhaitent aussi que le gouvernement  « rekonet ki tou bann dimounn kinn fer maronaz, kinn fer rezistans a lesklavaz, rekonet zot kouma bann ero ek eroinn dan sa pei-la et integre sa dan nou konstitision ».