C’est l’inquiétude au sein du Central Water Board (CWB) après un constat scientifique des ressources en eau disponibles dans les différents réservoirs et nappes phréatiques du pays. Le président de cet organisme, Prem Saddul, demande la collaboration de la population pour qu’elle ne gaspille pas cette précieuse commodité. La Central Water Authority (CWA) annoncera bientôt les mesures qu’elle compte prendre en vue de faire durer nos ressources en eau jusqu’à l’arrivée des prochaines grosses pluies.
« Maurice entre bientôt dans une période assez difficile », déclare Prem Saddul, tout en indiquant qu’entre mai et le 15 août dernier, le pays n’a obtenu que 60 % des pluies qu’il a l’habitude de recevoir à pareille époque de l’année. « Nous traversons actuellement un hiver sec, le plus sec depuis 1985 », lance-t-il. Les trois prochains mois, de septembre à novembre, sont également secs, rappelle-t-il. « On ne sait pas ce qui se passera en décembre. Y aura-t-il des pluies ou le changement climatique les décalera-t-elle à nouveau ? »
Les ressources en eau nous proviennent de trois sources : environ 50 % des nappes phréatiques, 30 % des réservoirs et 20 % des rivières. Toutes ont besoin des pluies pour être approvisionnées. Or, selon les Services météorologiques, seulement 245 mm de pluies sont tombées, soit environ 50 % de la moyenne normale, entre mai et le 15 août dernier. « Nous n’avons, pour l’instant, aucune indication qu’il pleuvra en septembre ou pas », indique Prem Goolaup, Deputy Director aux Services Météorologiques. Le niveau d’eau dans tous les réservoirs du pays est en dessous du taux à pareille époque l’année dernière. Le réservoir de Mare-aux-Vacoas affiche actuellement 73,9 % contre 82,8 % en 2012 ; celui de La Nicolière 68,3 % contre 95,8 % ; celui de Piton-du-Milieu, 69,2 % contre 86,3 % ; celui de La Ferme 50,1 % contre 74,4 % ; celui de Mare-Longue 80,3 % contre 72,8 %, et celui de Midlands 61,2 % contre 99,6 %. Conséquence de cette baisse : la production quotidienne à partir du réservoir de Mare-aux-Vacoas sera réduite de 120 000 mètres cubes à 100 000 mètres cubes ; celle de Midlands de 150 000 mètres cubes à 100 000 mètres cubes et celle de Piton-du-Milieu de 20 000 mètres cubes à 15 000 mètres cubes. Celle de La Nicolière également sera réduite. « La production des rivières varie entre 40 et 80 % actuellement mais nous pensons que cette source ira en diminuant assez vite », souligne Dhyaneshwar Deepchand, directeur de la Water Resources Unit (WRU).
Pour Dev Aukle, General Manager de la CWA, le plan est d’utiliser les ressources disponibles à bon escient et les faire durer jusqu’en février 2014. Donnant les détails de la fourniture d’eau dans les différentes régions de l’île, Jeet Maunbauhal, acting Deputy General Manager de la CWA, indique que le même régime de distribution sera adopté pour l’instant à Port-Louis, soit entre cinq et six heures de distribution, matin et soir. « On ajustera la fourniture si le niveau d’eau continue à baisser dans la Grande-Rivière-Nord-Ouest et dans le tunnel de Pierrefonds », indique-t-il. Dans le Nord, qui est alimenté par le réservoir de La Nicolière, la distribution est confortable pour le moment « mais l’irrigation sera réduite bientôt. » L’est est la région la plus affectée avec une baisse de 30 à 40 % de la production journalière. Il n’y a pas de gros problèmes, pour l’instant, dans le Sud.