« Nous aurons recours au Data Protection Office pour rapporter ces cas et le bureau prendra des actions nécessaires car la loi a été renforcée », a souligné le ministre des TIC, Yogida Sawmynaden, lors d’un atelier de travail d’une journée tenu hier à l’hôtel Intercontinental, à Balaclava. Le but de l’événement était de sensibiliser les entreprises sur les changements apportés à la Data Protection Act l’an dernier.

Selon lui, les informations du client doivent rester en possession de l’entreprise et ne doivent pas être connues du public. Les changements demandent à ceux concernés d’être professionnels dans le traitement des informations sensibles pour que Maurice puisse se démarquer au niveau international. « Il faut que les compagnies soient conscientes des exigences de la loi et elles doivent les respecter pour ne pas avoir de problèmes à l’avenir », dit Yogida Sawmynaden, qui ajoute que « Maurice est le premier pays à adopter le GDPR » et que « nous nous alignons avec les règlements mis en place étant donné que certaines entreprises traitent les données d’étrangers, sinon nous risquons de perdre ces clients ». Avec la nouvelle loi, il est d’avis que les entreprises « seront plus consolidées » et qu’elle attirera ainsi plus d’entreprises à Maurice.

Alors que le secteur des TIC est « crucial » pour le développement économique, le besoin de mieux protéger la population s’accroît en parallèle. Yogida Sawmynaden évoque les menaces associées aux nouvelles technologies à la vie privée et sur les données personnelles. Il ne cache pas le fait que les nouvelles technologies sont « envoyées » dans les pays en voie de développement, qui souvent, manquent de la protection nécessaire concernant la protection des données.