Faire d’une pierre deux coups. C’est le but de l’opération Beauty for a cause, menée par le groupe Espitalier-Noël Limited (ENL) ce vendredi. Tout en offrant aux employés la possibilité de bénéficier de soins de beauté pendant leurs heures de travail, l’opération permet aux bénéficiaires de la formation en coiffure et esthétique d’ENL Foundation de se faire un peu d’argent.
Depuis 2009, une cinquantaine d’habitants des cités ouvrières de Pailles ont bénéficié de cours en coiffure et esthétique de la ENL Foundation. Animée par Géraldine Marius de l’école de coiffure Artel, cette formation fait partie des activités de responsabilité sociale de l’entreprise. Pour Mario Radegonde, Manager de la ENL Foundation, « la formation est un outil important pour sortir de la pauvreté. Le but était de permettre aux habitants d’avoir un métier et de trouver un emploi. »
La coiffure et l’esthétique ne sont qu’une partie des cours dispensés au centre de formation de la ENL Foundation à Pailles. Des cours en installation électrique, maçonnerie et peinture sur tissus, entre autres, sont aussi dispensés. Toutefois, pour la coiffure, en dépit de leurs diplômes, les bénéficiaires doivent d’abord se faire connaître pour avoir une clientèle. L’opération Beauty for a cause a été montée avec cet objectif.
Vendredi dernier, une première journée de beauté, avec les employés du groupe dans la région de Saint Pierre, a été organisée. Ceux-ci ont pu recevoir une coupe, un brushing, une manucure ou une pédicurie par les bénéficiaires du centre de formation, à un prix forfaitaire. Pour Bénédicte de Commarmond, responsable de la communication interne à ENL, « il est important que la responsabilité sociale de l’entreprise ne se fasse pas uniquement avec des ONG, mais aussi avec nos employés. »
Une centaine d’employés des compagnies du groupe, situées à Pailles, ont participé à cette opération depuis ce matin. Michel Prefumo, manager chez Rennel (FedEx) confie que 85 % de son personnel collaborent à ce projet. « Il y a eu un élan spontané de la part de nos employés. Tous ont voulu participer à cette action sociale. Ceux qui ne sont pas là, sont sur les routes pour continuer à offrir le service. »
Michel Prefumo dit avoir été touché par l’accueil au centre de formation d’ENL Foundation. « Je peine à croire qu’il s’agit de nouveaux diplômés, vu la qualité du service. » Il ajoute que souvent, les employés sont pris dans leur quotidien et de telles initiatives offrent la possibilité de collaborer aux projets sociaux.
Nisha Doomun, l’une des bénéficiaires, se dit très satisfaite de la formation reçue. « La coiffure m’a toujours intéressée, cette formation a été une opportunité pour me lancer dans ce domaine. » La jeune femme confie que désormais, elle peut coiffer les membres de sa famille, notamment lors des mariages.
James Joseph, le seul homme dans l’équipe, considère qu’il y a un avenir dans ce métier et rêve d’ouvrir son propre salon. Entre temps, c’est lui qui s’est chargé de la coupe du personnel masculin d’ENL.
Géraldine Marius, formatrice d’Artel, est aussi d’avis qu’il y a de l’avenir dans ce métier malgré la forte concurrence. « La concurrence aide à s’améliorer. Les bénéficiaires devront donner le meilleur d’eux-mêmes pour s’imposer dans ce domaine. »
Jacqueline Dursoniah, présidente de la Civic Action Team de Pailles, indique que c’est à la suite d’une étude que les besoins des cités de Pailles ont été identifiés. La formation était une des priorités. « C’est un défi pour les bénéficiaires d’être là, à faire leurs preuves auprès du public. »
Les cours en coiffure et esthétique ne seront pas renouvelés pour le moment, ajoute Mario Radegonde. La ENL Foundation mettra le centre à la disposition des bénéficiaires pour recevoir des clients. Après les deux journées dédiées aux employés d’ENL, une journée de soins gratuits pour les habitants de la localité sera organisée la semaine prochaine.