En dépit de la mise en demeure que lui a servie le ministère des Terres et du Logement le 24 décembre dernier, le sommant d’évacuer la place au plus tard hier, le Pandit Sungkur n’a pas décampé de la plage de Trou-aux-Biches. Le restaurant Rittum Coffee, qui a subi des travaux de démolition, en partie, en début de la semaine dernière et ne disposant plus de terrasse couverte, a opéré normalement hier, même si la pluie a joué aux trouble fêtes. Le Pandit Sungkur que Week-End a rencontré est catégorique : “Il n’y a aucune raison pour laquelle le Rittum Coffee devrait fermer. Nous nous sommes conformés à l’ordre de la Cour. Nous disposons de tous nos papiers en règle. Pas question d’évacuer.” C’est dans cette optique que le Pandit Sungkur a, à son tour, servi une mise en demeure à l’État, indiquant que s’étant conformé à la loi, il ne se voit dans aucune obligation légale d’évacuer les lieux, sauf sur ordre de la Cour suprême. Des poursuites contre l’État sont de ce fait à l’étude.
La mise en demeure que lui a servie le ministère des Terres et du Logement le 24 décembre dernier le sommant d’évacuer la plage de Trou-aux-Biches au plus tard le 24 janvier n’a plus sa raison d’être. C’est la réplique du Pandit Sungkur à l’État, qui a, par ailleurs, servi une mise en demeure également aux autorités, leur rétorquant que l’État n’est pas habilité à résilier son bail de plein droit du fait qu’il s’est conformé à l’ordre de la cour s’agissant de la construction de son bâtiment. Après des travaux de démolition entamés depuis mardi dernier et un nouvel aménagement du Rittum Coffee, désormais sans terrasse et bordé de parasols à la place, le restaurant de la famille Sungkur était opérationnel hier. Et les clients, en dépit de la pluie, s’y sont attablés.
Or, lors d’une conférence de presse la semaine dernière, le ministre des Terres et du Logement assurait que d’ici peu, le bâtiment sis sur la plage de Trou-aux-Biches, et dont le terrain de 248m2 avait était alloué à bail sous l’ancien régime à l’ami proche de Navin Ramgoolam, allait laisser place aux parkings. Un emplacement qui servait justement à cet effet, avant que ne s’y installe le Pandit Sungkur. Ce que réfute d’emblée le propriétaire du Rittum Coffee, insistant que “avant moi, l’hôtel Trou-aux-Biches avait un projet de restaurant à cet emplacement et en marge de son projet de rénovation et d’agrandissement de l’hôtel, qui comprenait aussi des facilités pour les habitants de la région. Il était prévu que l’espace de parking sur la plage soit déplacé un peu plus loin, soit comme c’est le cas actuellement”. Documents à l’appui, le Pandit Sungkur se défend ainsi de priver les usagers de la plage d’aires de stationnement. Qui plus est, dit-il, “j’ai tous les documents légaux et les permis nécessaires. Je n’ai rien fait d’illégal”.