Elle a complètement disparu de la circulation depuis plus de six mois sans donner aucun signe de vie à sa famille. Lundi, les ossements de Latimi Chokkan, 43 ans, habitant L’Agrément St-Pierre, ont été retrouvés au pied de la montagne du Pouce. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste n’a pu établir la cause du décès. Toutefois, les enquêteurs traitent cette affaire comme un suspected foul play compte tenu des dépositions consignées par l’époux de la défunte, Rajen Chokkan. Le présumé amant de Latimi Chokkan, qui est nul autre qu’un sergent de police, intéresse les enquêteurs.
Les recoupements d’informations effectués auprès des sources proches des limiers tendent à confi rmer qu’il se pourrait que cette enquête en vue d’élucider la mort de Latimi Chokkan, 43 ans, portée manquante depuis le 3 novembre 2013, soit confi ée à la Major Crime Investigation Team (MCIT). Toutefois, aucune date n’a été avancée à ce stade concernant un éventuel développement en ce sens. Pour l’heure, un sergent de police, qui travaillait auparavant dans un poste de la région Est, se retrouve dans le collimateur des enquêteurs suite à cette découverte macabre, lundi, au pied de la montagne du Pouce.
Cet homme est soupçonné d’avoir été l’amant de Latimi Chokkan. Après les dénonciations de l’époux de la défunte à cet effet, l’enquête sur la disparition avait été référée à la MCIT compte tenu que l’amant était affecté dans la division qui était responsable de l’investigation. Le sergent avait également été muté du poste de police de la région Est à une autre unité de la force policière. À ce stade, il n’est pas à écarter que cet homme soit convoqué pour un interrogatoire en vue d’élucider cette affaire.
Cette enquête, au point mort pendant un bon bout de temps, fut relancé après la découverte, lundi, des restes humains. Ce n’est que deux jours après que l’époux de Latimi Chokkan se manifesta à la police après avoir lu les nouvelles dans les journaux. “Mo ti pe travay mercredi kan mo fi nn lire lor zurnal ki banla fi nn devouvert bann lézo”, raconte Rajen Chokkan tout en ajoutant que l’article l’a interpellé à la mention de la couleur des vêtements retrouvés sur les lieux. “Mo fi nn telefone MCIT ek apré mo fi nn ale la polis pou identifi er sa bann linze-là. Mo fi nn rekonet so pantalon nwar, so blouson gris ek nwar, so ban souvetement et so de zanon en arzan”, poursuit-il à Week-End. Toutefois, il est en attente de la confi rmation des résultats des tests ADN avant d’organiser les funérailles.
Rajen Chokkan confi rme également que Latimi n’avait plus donné signe de vie depuis la fête de Divali, soit le 3 novembre 2013. Ce jour-là, elle devait se rendre à un rendezvous au dispensaire d’Helvétia pour des soins. Mais elle a complètement disparu de la circulation depuis ce jour.