À l’issue de la rencontre avec le vice-chancelier de l’université de Maurice, la volonté de ce dernier de mettre en oeuvre dans les meilleurs délais les recommandations du rapport Manraj sur la restructuration de l’institution a étonné plus d’un. D’emblée, le Pr Harry Rughooputh a déclaré que cette réunion ne consistait pas à rediscuter d’un rapport déjà adopté in toto mais à expliquer comment ses recommandations seront appliquées. Ceux présents se sont d’ailleurs réjouis que le VC ait pris, en tant que Chief Executive de l’UoM, l’engagement d’activer les démarches en ce sens.
« Si je ne croyais pas en cette restructuration, j’aurais été la première personne à ne pas accepter le rapport Manraj. Je suis parmi ceux qui l’ont adopté dans son intégralité devant le conseil », a déclaré le Pr Rughooputh lors de la réunion organisée au Lecture Theatre 2 sur le campus de Réduit hier. Cette première rencontre avec le vice-chancelier après la publication du rapport du visiteur Dev Manraj s’est ainsi avérée très positive.
« Il y a une réelle volonté pour aller de l’avant avec les recommandations faites par Dev Manraj », soutient-on sur le campus. Lors de la rencontre d’hier, qui a duré une heure, le Pr
Pr Rughooputh a expliqué au personnel de l’UoM les démarches qui seront entreprises en vue d’appliquer le rapport Manraj. Dès le début, le VC a fait comprendre qu’il n’avait nullement l’intention de rediscuter de ce document et qu’il souhaitait qu’il y ait du changement. Il a ainsi déclaré que l’UOM ira « full-steam ahead » avec la restructuration.
Le Pr Rughooputh a aussi fait une présentation sur les changements qui auront lieu. Il s’est appesanti sur le fait que, selon ses nouvelles responsabilités en tant que CEO de l’institution, « c’est son devoir de veiller à ce que l’application du rapport se fasse dans les meilleurs délais ». En réponse à une question d’un technical staff sur la durée de cet exercice, le VC a fait état de la tenue d’une réunion lundi pour adopter formellement les nouveaux statuts. Ces derniers seront par la suite envoyés à la Government Gazette. Une fois rendu public, ce changement clé deviendra alors officiel. L’université lancera en même temps un appel à candidatures pour les nouveaux postes préconisés dans le rapport Manraj : Secretary to Council, Legal Affairs Director, Human Ressources Director, Chief of Facilities et deux Pro VC. Cet exercice pourrait prendre quelques mois.
Le VC a aussi déclaré que le personnel de l’UoM doit être prêt à accepter les changements à venir. « Par exemple, avant c’était le VC qui avait la prérogative d’assigner les duties aux deux Pro VC… Les nouveaux statuts font eux-mêmes provision des schemes of service des Pro VC.C’est une chose que j’accepte… », a-t-il souligné. Et d’insister : « Ceux qui ne veulent pas le changement n’ont pas leur place à l’université et devraient s’en aller. »
S’agissant du financement additionnel et de l’espace pour accommoder le nouveau personnel, le VC a soutenu que ces problèmes ne sont pas nouveaux à l’UoM et qu’il y a toujours une solution. À l’issue de la réunion d’hier, il est désormais clair pour bon nombre d’employés que l’application du rapport Manraj est sur la bonne voie.
Autre étape dans la procédure de mise en pratique des recommandations de Dev Manraj est la réunion du Sénat aujourd’hui. Il importe de souligner que seuls les bona fide members assisteront à cette rencontre. Ce sera l’occasion pour eux d’exprimer leurs points de vue.